Publié dans Accueil

JMJ: Les discours du Pape et, en vidéo, nos jmjistes

Index

 

Homélie du pape François pour la dédicace de la basilique Santa Maria La Antigua

Samedi 26 janvier, le pape François s’est rendu dans la Basilique Santa Maria La Antigua pour la dédicace du nouvel autel.

« Là se trouvait le puits de Jacob. Jésus, fatigué par la route, s’était donc assis près de la source. C’était la sixième heure, environ midi. Arrive une femme de Samarie, qui venait puiser de l’eau. Jésus lui dit : « Donne-moi à boire. » » (Jn 4,6-7).

L’évangile que nous avons écouté n’hésite pas à nous présenter Jésus fatigué de marcher. A midi, quand le soleil se fait sentir avec toute sa force et sa puissance, nous le trouvons près du puits. Il avait besoin d’apaiser et d’étancher sa soif, de vivre une étape, de récupérer des forces pour continuer la mission.

Les disciples ont vécu au premier plan ce que signifiaient le don et la disponibilité du Seigneur pour porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, panser les cœurs blessés, proclamer la libération des captifs et la liberté des prisonniers, consoler ceux qui étaient en deuil et proclamer une année de grâce à tous (cf. Is 61,1-3). Ce sont toutes les situations qui te prennent la vie et l’énergie ; et ils « ne se sont pas ménagés » pour nous offrir tant de moments importants dans la vie du Maître, où notre humanité peut aussi trouver une parole de Vie.

Fatigué par la route

Il est relativement facile pour notre imagination, compulsivement productive, de contempler et d’entrer en communion avec l’activité du Seigneur, mais nous ne savons pas toujours, ou nous ne pouvons pas toujours contempler et accompagner les « fatigues du Seigneur », comme si elles n’étaient pas l’affaire de Dieu. Le Seigneur s’est fatigué et dans cette fatigue trouvent place tant de fatigues de nos populations et de notre peuple, de nos communautés et de tous ceux qui sont épuisés et accablés (cf. Mt 11,28).

Les causes et les motifs qui peuvent provoquer la fatigue du chemin en nous prêtres, personnes consacrées, membres des mouvements laïcs, sont multiples : depuis les longues heures de travail qui laissent peu de temps pour manger, se reposer et être en famille, jusqu’aux conditions « nocives » de travail et d’affectivité qui conduisent à l’épuisement et brisent le cœur ; depuis le simple et quotidien don de soi jusqu’au poids routinier de celui qui ne trouve plus le goût, la reconnaissance ou la subsistance nécessaire pour faire face au jour le jour ; depuis les habituelles et prévisibles situations compliquées jusqu’aux stressantes et angoissantes heures de pression. Toute une gamme de poids à supporter.

Il serait impossible de vouloir couvrir toutes les situations qui brisent la vie des personnes consacrées, mais nous ressentons dans toutes ces situations la nécessité urgente de trouver un puits qui puisse soulager et étancher la soif et la fatigue du chemin. Toutes réclament, comme un cri silencieux, un puits d’où repartir à nouveau.

A ce sujet, depuis quelque temps, semble s’être souvent installée dans nos communautés une subtile espèce de fatigue, qui n’a rien à voir avec la fatigue du Seigneur. Il s’agit d’une tentation que nous pourrions appeler la lassitude de l’espérance. Cette lassitude qui surgit quand – comme dans l’évangile – le soleil tombe comme du plomb et rend les heures ennuyeuses, et qui le fait avec une intensité telle qu’elle ne permet pas d’avancer ni de regarder en avant. Comme si tout devenait confus. Je ne me réfère pas à la « certaine peine du cœur » (cf. Lett. enc. Redemptoris Mater, 17; Exhort. ap. Evangelii gaudium, n.287) de ceux qui « sont brisés » par le don, à la fin de la journée, et qui parviennent à exprimer un sourire serein et reconnaissant; mais à cette autre fatigue, celle qui naît face à l’avenir quand la réalité « gifle » et met en doute les forces, les moyens et la possibilité de la mission en ce monde tellement changeant et qui interroge.

C’est une lassitude paralysante. Elle naît du fait de regarder en avant et de ne pas savoir comment réagir face à l’intensité et à la perplexité des changements que, comme société, nous traversons. Ces changements semblent non seulement interroger nos formes d’expression et d’engagement, nos habitudes et nos attitudes face à la réalité, mais ils mettent en question, dans de nombreux cas, la possibilité même de la vie religieuse dans le monde d’aujourd’hui. Et même la rapidité de ces changements peut conduire à paralyser toute option et toute opinion et, ce qui a été significatif et important en d’autres temps semble maintenant ne plus avoir lieu d’être.

Cette lassitude de l’espérance naît du constat d’une Eglise blessée par son péché et qui si souvent n’a pas su écouter tant de cris dans lesquels se cachait le cri du Maître : « Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » (Mt 27,46).

Ainsi nous pouvons nous habituer à vivre avec une espérance fatiguée face à l’avenir incertain et inconnu, et cela laisse de la place pour que s’installe un pragmatisme gris dans le cœur de nos communautés. Tout semble apparemment avancer normalement, mais en réalité la foi s’épuise et dégénère. Déçus par la réalité que nous ne comprenons pas ou dont nous croyons qu’elle n’a plus de place pour notre proposition, nous pouvons donner le « droit de cité » à l’une des pires hérésies possibles de notre époque : penser que le Seigneur et nos communautés n’ont rien à dire et à apporter à ce monde nouveau qui est en gestation (cf. Exhort. Ap. Evangelii gaudium, n.83). Et puis il arrive que ce qui un jour a surgi pour être le sel et la lumière du monde finisse par offrir sa pire version.

Donne-moi à boire

Les fatigues du chemin arrivent et se font sentir. Que cela plaise ou non, elles sont, et c’est bon d’avoir le même courage que celui qu’a eu le Maître pour dire : « donne-moi à boire ». Comme cela est arrivé à la Samaritaine et peut nous arriver, à chacun de nous, nous ne voulons pas apaiser la soif avec une eau quelconque mais avec « la source d’eau jaillissant pour la vie éternelle » (Jn 4,14). Nous savons, comme le savait bien la Samaritaine qui portait depuis des années des cruches vides d’amours ratés, que n’importe quelle parole ne peut pas aider à récupérer les forces et la prophétie dans la mission. Aucune nouveauté, aussi séduisante qu’elle puisse paraître, ne peut apaiser la soif. Nous savons, comme elle le savait bien, que le savoir religieux, la justification d’options déterminées et des traditions passées ou présentes, ne nous rendent pas non plus toujours féconds, ni ne font de nous de passionnés « adorateurs en esprit et en vérité » (Jn 4,23).

« Donne-moi à boire », c’est ce que demande le Seigneur et ce qu’il nous demande de dire. En le disant, nous ouvrons la porte à notre espérance fatiguée pour revenir sans peur au puits fondateur du premier amour, quand Jésus est passé sur notre chemin, nous a regardés avec miséricorde, nous a demandé de le suivre ; en le disant, nous retrouvons la mémoire de ce moment où son regard a croisé le nôtre, ce moment où il nous a fait sentir qu’il nous aimait, et non seulement de manière personnelle mais également comme communauté (cf. Homélie de la Vigile pascale, 19 avril 2014). C’est revenir sur nos pas et, dans la fidélité créative, écouter comment l’Esprit n’a pas engendré une œuvre ponctuelle, un plan pastoral ou une structure à organiser mais comment, par le moyen de tant de « saints de la porte d’à côté » – parmi ceux-là nous trouvons les pères et les mères fondateurs de vos instituts, les évêques et les curés qui ont su poser le fondement de vos communautés –, il a donné la vie et l’oxygène à un contexte historique déterminé qui semblait étouffer et écraser toute espérance et toute dignité.

« Donne-moi à boire » signifie encourager à laisser purifier et sauver la part la plus authentique de nos charismes fondateurs – qui ne se réduisent pas seulement à la vie religieuse mais qui concernent toute l’Église – et voir comment ils peuvent être exprimés aujourd’hui. Il s’agit non seulement de regarder le passé avec reconnaissance mais aussi de rechercher les racines de son inspiration et de les laisser résonner à nouveau, avec force parmi nous (cf. Pape François – Fernando Prado, La force de la vocation, p. 43).

« Donne-moi à boire » signifie reconnaître que nous avons besoin que l’Esprit nous transforme en hommes et en femmes qui se souviennent d’un passage, le passage salvifique de Dieu. Et confiants que, comme il l’a fait hier, ainsi il continuera de le faire demain : « aller à la racine nous aide, sans aucun doute, à bien vivre le présent, sans avoir peur. Il faut vivre sans peur, en répondant à la vie avec la passion d’être engagés dans l’Histoire, impliqués. C’est une passion amoureuse, […] » (cf. Ibid., p. 45).

L’espérance fatiguée sera guérie et jouira de cette « certaine peine du cœur », à partir du moment où l’on n’a pas peur de revenir au premier amour et de réussir à trouver, dans les périphéries et les défis qui aujourd’hui se présentent à nous, le même chant, le même regard qui ont suscité le chant et le regard de nos ainés. Ainsi nous éviterons le risque de partir de nous-mêmes et nous abandonnerons l’épuisant auto-apitoiement pour trouver le regard avec lequel le Christ aujourd’hui continue de nous chercher, de nous appeler et de nous inviter à la mission.

Cela ne me semble pas être un évènement mineur que la réouverture des portes de cette Cathédrale après une longue période de rénovation. Elle a connu le passage des années, comme témoin fidèle de l’histoire de ce peuple, et avec l’aide et le travail de beaucoup, elle a voulu offrir à nouveau sa beauté. Plus qu’une restauration classique, qui souvent essaie de revenir au passé original, on a cherché à préserver la beauté des années, en étant ouvert à l’accueil de toute la nouveauté que le présent pouvait lui offrir. Une Cathédrale espagnole, indienne et afro-américaine devient ainsi une Cathédrale panaméenne, de ceux qui hier mais également de ceux qui aujourd’hui l’ont rendu possible. Elle n’appartient plus seulement au passé, mais elle est la beauté du présent.

Aujourd’hui c’est une fois de plus un tournant qui conduit à renouveler et à alimenter l’espérance, à découvrir comment la beauté d’hier devient un fondement pour construire la beauté de demain.

Ainsi agit le Seigneur.

Frères et sœurs, ne nous laissons pas voler la beauté que nous avons héritée de nos pères, qu’elle soit la racine vivante et féconde qui nous aide à continuer à rendre belle et prophétique l’histoire du salut sur ces terres.


3/5

Venez et voyez !

Vivez la semaine sainte avec la communauté de Taizé et RCF

Du 18 au 21 avril, RCF vous fera vivre le Triduum Pascal depuis la communauté de Taizé.Programmation spéciale avec des…

Déclaration Élections européennes : Quelle Europe voulons-nous ?

Prochainement auront lieu les élections au Parlement européen et cela dans un contexte difficile, tant au plan national qu’européen. Dire…

Mgr Dognin rend visite à la paroisse ND de Tout Remède en Pays de Landerneau

Monde caritatif, agricole, Enseignement catholique, rencontre avec les maires, visitation à l’Ephad, échange avec les jeunes adultes… Le programme de…

Amoris Laetitia : Accueillir les situations avec miséricorde

  La pastorale familiale, à la suite d’Amoris Laetitia. Ce thème a guidé une centaine de personnes de la Province…

Des adultes se préparent à devenir chrétiens

Trente-neuf adultes vont devenir chrétiens à Pâques en recevant les sacrements de l’initiation chrétienne (baptême, eucharistie et confirmation).

Migrants : de l'accueil à la rencontre en Finistère

Le sujet « sensible et complexe » que représente la question de l’accueil des migrants dans le Finistère méritait une…

Actualités locales

  • Vivre le Carême 2019 dans le diocèse
    Vivre le Carême 2019 dans le diocèse Mercredi 6 mars marque l'entrée en Carême. Dans le diocèse, de nombreuses propositions sont faites pour vivre ce chemin vers Pâques. Vous trouverez une liste non-exhaustive des rendez-vous en paroisse et dans le diocèse.
    Read more...

  • Découvrir le patrimoine religieux
    Découvrir le patrimoine religieux Le diocèse de Quimper et Léon, par l'intermédiaire du Service de formation, propose en 2019 un cycle de conférences pour découvrir le patrimoine religieux du Finistère. Sur les mois de février et mars, 3 conférences dans le sud, et 3 dans le nord, vous sont proposées :  Redécouverte des…

  • Conférence de Carême à l'abbaye de Landévénec
    Conférence de Carême à l'abbaye de Landévénec   "La création en attente aspire à la révélation des fils de Dieu" ou l'appel à la conversion écologique Dimanche 7 avril 2019 - Abbaye de Landévénec 16H : Conférence de F. Jean-Michel Grimaud, abbé de Landévénec 18H15 : Vêpres

  • Journée de découverte - École de prière
    Journée de découverte - École de prière Pour les enfants de 7 à 12 ans Prévoir pique-nique et bottes Samedi 30 mars 2019 - Salle polyvalente de Mahalon9H30-17H Inscriptions : 2 eurosMarion Talarmin - 06 65 06 82 23 -  

  • Théâtre : La fille de Magdala
    Théâtre : La fille de Magdala Plongez au coeur de la vie de Marie-Madeleine Avec Solenn de la Tumelière, comédienne et Lucie Chatelus à la flûte-traversièreMise en scène, Céline Poli Samedi 30 mars - Église Saint-Luc Brest - 20H Tarif : 8 euros en prévente / 10 euros sur place / 5euros pour les adhérents E.J.B…

  • Fête de la communauté chrétienne locale - Coat Méal
    Fête de la communauté chrétienne locale - Coat Méal Dimanche 31 mars 2019 Messe à 11HVerre de l'amitié Repas tartiflette (sur place ou à emporter) Réservation jusqu'au mardi 26 mars - 12 euros Contact :Mimi JAFFRES - 02 98 84 54 07Nicole BOUCZO - 06 31 65 83 94Maison paroissiale de Plabenec - 02 98 40 89 79

  • Week-end de préparation au mariage
    Week-end de préparation au mariage Sur le thème  "Prendre le temps de cheminer vers le mariage" Ce week-end concerne ceux qui ont choisi de se marier à l’Église ; il propose de faire découvrir le mariage chrétien et de vivre un temps fort de préparation à cet engagement sous le regard de Dieu. Animé par…

  • Groupe Diapason « Destination... Ailleurs ! »
    Groupe Diapason « Destination... Ailleurs ! » Le groupe Diapason s’apprête à investir une nouvelle fois l’Arvorik, le week-end prochain, pour présenter son nouveau spectacle. Intitulée « Destination... Ailleurs ». Cette nouvelle création est une invitation à regarder ce qui se passe dans le monde (l’environnement, la guerre, ...), mais aussi ce qui se passe autour de…

  • Les chanteurs en liturgie donnent de la voix à la cathédrale
    Les chanteurs en liturgie donnent de la voix à la cathédrale « C’est un dimanche pas tout à fait ordinaire », a dit Mgr Dognin hier en ouverture de la célébration dominicale à la cathédrale Saint Corentin. En effet, Quimper accueillait la fête diocésaine des chanteurs en liturgie, le dimanche 3 mars. Près de 200 chantres-animateurs ou membres de chorales paroissiales…

  • JMJ: Les discours du Pape et, en vidéo, nos jmjistes
    JMJ: Les discours du Pape et, en vidéo, nos jmjistes Comment se sont passées ces JMJ pour nos jeunes bretons ? La réponse, ici : https://www.facebook.com/eglisecatholique29/videos/ Discours du pape François pour l’ouverture des JMJ de PanamaChers jeunes, Bonsoir !
    Read more...

  • 4ème dimanche de Carême - 31 mars 2019
    4ème dimanche de Carême - 31 mars 2019 Le Carême, temps privilégié pour vivre la réconciliation, avec Dieu d’abord, pour mieux « scruter » et découvrir la grandeur de son pardon, mais aussi avec les autres, et surtout avec soi-même. Quand les gens sont brouillés, fâchés entre amis, entre membres d’une même famille, d’un même quartier ils peuvent s’installer dans…