Saint Gildas

Fété le 29 janvier

Saint Gildas, dit "Le Sage", est né dans l'île de Bretagne ; il y a reçu son éducation dans le sud-est du Pays de Galles actuel. Il se fixa dans cette région qui avait été fortement romanisée. C'est là que, jeune encore, alors qu'il n'était que diacre, il écrivit le "De excidio Britanniae" (De la destruction de la Bretagne) sur les malheurs de son peuple chassé par les Saxons. Il se fit ensuite moine, peut-être à l'école de saint Ildud, et fut l'un des promoteurs du monachisme en Grande-Bretagne. Puis il s'établit sur le continent y fonda avec quelques compagnons l'abbaye de Rhuys, où il mourut vers 570. L'abbaye de Rhuys a conservé son tombeau et développé son culte en basse Bretagne, surtout à partir du 11e siècle, par l'activité pastorale de ses moines à travers un réseau serré de prieurés et de moûtiers.

 Sant Gweltas, lesanvet "ar Fur", a oe ganet e Breiz-Veur wardro 500, ha savet e kreisteiz Bro-Gembre.Chom a reas da veva meur a vloavez er c'horn-bro-se a oa bet levezonet gand ar Romaned. Eul leor a skrivas diwar-benn distrujou an Normanded e Bro-Gembre. Dont a reas da veza manac'h, marteze e abati sant Iltud. Goudeze e teuas da Vreiz gant eun nebeut kompagnuned hag e savas abati Rhuys ; eno e varvas wardro 570.

   Saint Gildas est connu sous les formes bretonnes Sant Veltas ou sant Gueltas. Il est très honoré en haute Cornouaille, puisque trois églises et dix chapelles lui sont dédiées (dont une à Carnoët). Dans le diocèse de Quimper et Léon, il possède des chapelles, presque toutes situées dans des paroisses proches de la mer : Cast, Cléden-Cap-Sizun, Ouessant, Lanildut. Ont disparu les chapelles de Bénodet, Crozon, Ergué-Gabéric, Guissény, Henvic, Plonéour-Lanvern, Plougoulm et Pont-l'Abbé.