Saint Budoc

Evêque

Fété le 9 décembre

 Dans sa vie de saint Guénolé, écrite entre 850 et 885, Gurdisten reprend une tradition ancienne, selon ses propres paroles, quand il nous décrit Budoc comme "ministre angélique, richement doué de savoir, remarquable par sa droiture, que tout le monde de ce temps considérait comme l'une des plus fermes colonnes de l'Eglise". Budoc était le "maître" de l'Ile Lavret (Laurea), où Gwénolé fut, dès son enfance, élevé comme son disciple. Avec Maudez puis Budoc, nous sommes à la fin du 5e siècle et à l'aube de la grande expansion du monachisme chez nous : monachisme d'ermites où chacun a son "peniti" ; et, quand il s'agira d'un monastère, l'abbé continuera souvent à vivre en ermite (voir Goulven, Goeznou, Gwénolé) ; l'influence orientale reste prépondérante. Le culte de saint Budoc est couramment lié à celui de saint Gwénolé.

 Etre 850 ha 885, Gourdisten, o skriva buhez sant Gwenole, a adkemere lavariou koz evel ma tispleg e-unan : "Budog, emezan, a oa eur zervicher henvel ouz eun êl, pinvidig meurbed a skiant, eeun dispar, kemeret gand an oll evid eun hent-meur warzu ar feiz, hag unan euz pilliri galloudusa an Iliz". Budog a oa ar "mestr" euz Enez-Lavret, hag eno e kentelias Gwenole, e ziskibl, adaleg amzer e vugaleach. Gand Modez, ha goudeze Budog, emaom oc'h echui an 5ved kanved, ha dizale a vo stank ar manatiou en or bro. Leaned gand pep hini e 'beniti", er manatiou braz zoken, ar abad a gendac'ho aliez da veva evel eun ermid.

  Saint Budoc (ou Beuzec) était le patron de l'ancienne paroisse de Beuzec-Cap-Caval (aujourd'hui en Plomeur). Il est toujours le saint patron des églises paroissiales de Beuzec-Cap-Sizun, Beuzec-Conq (en Concarneau), Trégarvan, Plourin-Ploudalmézeau et Porspoder.