Le Kantikou Brezonek de 1942 et 1946

Kantikou Brezonek Eskopti Kemper ha Leon (1942)Au cours du XXe siècle, un important travail de révision des cantiques traditionnels bretons a été effectué. Dans le recueil Kantikou Brezonek Eskopti Kemper ha Leon qu’il avait publié en 1942, l’abbé Pierre-Jean Nédélec, alors professeur au Grand séminaire de Quimper, avait opéré une sélection parmi les vieux cantiques bretons chantés dans les paroisses, et modernisé l’orthographe (selon les règles fixées en 1908 par l’Emgleo ar skrivagnerien, dite orthographe K.L.T.).

Cette édition des Kantikou Brezonek de 1942 remplaçait un précédent recueil publié en 1880, puis réédité en 1901 et 1908 : Kantikou brezounek Eskopti Kemper ha Leon renket a nevez dre urz ann Aotrou ’nn Eskop Nouvel, qui avait lui-même remplacé le recueil de l’abbé Jean-Guillaume Henry (Yann-Wilhou Herri) : Kantikou Kemper ha Leon, choazet ha renket dre ghemenn an Aotrou ’n Eskop Sergent (Quimperlé, 1865).

Mais ce Kantikou Brezonek de 1942 est surtout remarquable par le travail de révision des paroles, pour supprimer les mots d’origine française qui s’étaient parfois glissés dans nos cantiques bretons, comme l’indiquait la Semaine Religieuse de Quimper et de Léon de 1936 :

« Depuis longtemps les amateurs de beau chant, tout en étant fiers de certains chefs-d’œuvre qui figurent dans le recueil de Cantiques Bretons du diocèse, s’accordaient à reconnaître et à regretter que ce recueil fût insuffisant et qu’il demandât une révision, et une révision profonde. Suivant le mot d’un connaisseur, “plusieurs cantiques sont à ajouter pour combler des lacunes ; d’autres sont à supprimer ; tous sont à corriger : au point de vue versification (mètre, césure, rime), au point de vue orthographe, au point de vue ponctuation, au point de vue langue...” C’est un gros travail qui s’impose si l’on veut avoir un recueil sinon irréprochable, à tout le moins présentable. »
(« Vers une révision de nos “Kantikou brezonek” », Semaine Religieuse de Quimper et de Léon, 1936, p. 806 ; voir aussi « La révision des “Kantikou Brezonek” », Semaine Religieuse 1937, p. 268).

Ce travail, l’abbé Nédélec le présentait ainsi dans sa Préface du Kantikou Brezonek de 1942 :

« Certes, nos cantiques étaient beaux tels qu’ils étaient, mais ils pouvaient être améliorés car ils comprenaient des mots français […] alors qu’il était si facile […] d’utiliser des mots bretons en usage partout. […] De plus, il faut remarquer que les cantiques n’étaient pas toujours faciles à chanter. Dans tout ce travail, nous avons cherché […] à faire correspondre l’accentuation avec la mélodie… ».

L’importance de ce travail de révision des cantiques effectué par l’abbé Nédélec mérite d’être mieux connu (il reprendra plus tard ce travail d’adaptation liturgique et théologique des cantiques bretons après le concile Vatican II avec Mgr Visant Favé, cf. Semaine Religieuse de Quimper et de Léon, 1966, p. 529-531), c’est pourquoi il nous a paru intéressant de publier cette préface en breton de 1942, avec les compléments donnés en 1946 (édition avec musique notée, p. 5-6), et d’en donner une traduction en français.

P. Hervé Queinnec


Kantikou Brezonek Eskopti Kemper ha Leon, renket dindan renadur Pèr-Yann Nedeleg, Brest, Moulerez ru ar C’hastel, 1942, p. 5 :

RAK-SKRID

Kanaouennou santel hon Eskopti n’eman ket ar wech kenta d’ezo da veza kempennet ha reizet en eun doare nevez. Warlerc’h misionerien vrudet ar zeitékvet kantved, Mikael an Nobletz hag on Tad Maner, eo bet dalc’het ar c’hiz da zevel kantikou, evit lakaat war gan ar gelennadurez diwarbenn gwirioneziou ar feiz, ha meuleudiou en enor da Zoue ha d’ar Zent.

Evit gwir, kaer e oa hor c’hantikou evel m’edont, met kaeroc’h e c’hellent beza. Re stank e oa enno ar geriou gallek, zoken er c’hantikou anavezeta, zoken pa vefe ken aes – hag aesoc’h awechou – ober gant geriou brezonek implijet e pep lec’h. Pa fell d’eomp kana hor feiz ha meuli Doue e brezoneg, arabat kemmeska an diou yez, nemet awechou p’eo aet da goll ar ger brezoneg ha pa gompren an dud an hano gallek hepken. Ouspenn-ze, ret eo anzao ne oa ket bepred ar c’hantikou aes da gana. En hol labour, hon eus klasket – ha deuet omp a benn, koulz lavaret atao – lakaat ar pouez-mouez er geriou da vont da-heul an ton, ha diwall na stokfe an eil ouz eben diou vogalenn, dreist-holl pa vije bet diou wech an hevelep hini (evel « nag a anken »). E geriou ’zo, ne oar ket mui an dud re vat pet sillabenn da lakaat : tuet or da lavarout en eur zillabenn roet, frouez, h. a.; ar gwasa ’zo, n’eo ket henvel an doare da zistaga ar geriou-se en holl gorniou-bro. Setu perak, ma ’z eus geriou da veza distaget atao ha dre-holl e diou zillabenn (evel :·Dou-e, rou-e, krou-er, h. a.), evit re all, kement gwech ma ranko beza distaget diou zillabenn an eil diouz eben, e vo savet eur varrennig etrezo; da skouer : ro/it frou/ez... Evelse e vo gellet lenn ha kana difazi hag aes.

Mat e raio an hol gristenien a zigoro al levrig-man kaout sonj eus ar bomm Latin : Qui bene cantat, bis orat – Neb a gan e doare, a bed diou wech.

PRÉFACE

Ce n’est pas la première fois que sont revus et corrigés d’une manière renouvelée les chants sacrés de notre diocèse. A la suite des célèbres missionnaires du seizième siècle, Michel Le Nobletz et notre Père Maunoir, on a gardé l’habitude de composer des cantiques pour mettre en chant les enseignements au sujet des vérités de la foi, et les louanges en l’honneur de Dieu et de ses Saints.

Certes, nos cantiques étaient beaux tels qu’ils étaient, mais ils pouvaient être améliorés car ils comprenaient des mots français, pas seulement dans les cantiques les plus connus, alors qu’il était si facile – et encore plus facile – parfois d’utiliser des mots bretons en usage partout. Quand nous voulons chanter notre foi et louer Dieu en breton, il ne faut pas mélanger les deux langues, sauf quand on a perdu le mot breton et que les gens ne comprennent que le mot français. De plus, il faut remarquer que les cantiques n’étaient pas toujours faciles à chanter. Dans tout ce travail, nous avons cherché – et nous sommes parvenus, disons-le – à faire correspondre l’accentuation avec la mélodie, en évitant tout télescopage entre deux voyelles, surtout lorsque celles-ci seraient identiques (comme dans « nag a anken »). C’est que dans ces mots, les gens ne savent plus très bien combien mettre de syllabes : on a tendance à dire en une syllabe roet, frouez, etc. ; le pire est qu’il n’y a pas dans tous les terroirs la même manière de prononcer les mots. Voilà pourquoi, s’il y a des mots qui sont toujours et partout détachés en deux syllabes (comme : Dou-e, rou-e, krou-er, etc.), pour les autres, chaque fois qu’il faudra détacher deux syllabes, il sera mis une petite barre entre elles ; par exemple : ro/it frou/ez... Ainsi, on pourra lire et chanter sans faute et facilement.

Tous les chrétiens qui ouvriront ce livret feront bien de se souvenir de l’expression latine : Qui bene cantat, bis orat – Qui chante bien, prie deux fois.


Dans la deuxième édition du Kantikou Brezonek Eskopti Kemper ha Leon, avec musique notée (Kemper, Guivarc’h / Le Goaziou, 1946), la préface de l’abbé Pierre-Jean Nédélec comportait un développement donnant les précisions suivantes (p. 5-6) :

Setu breman al levr kantikou gant an toniou; eur stumm nevez a zo bet roet d’ezan, dishenvel diouz hini an dastumadou bet moulet betek-hen gant an Eskopti.

1. E-lec’h beza skrivet hervez doare kan-plaen an Iliz eo bet skrivet an toniou hervez doare nevez ar sonerez, doare fraesoc’h hag anavezetoc’h.

Komzou ha toniou a zo moulet en hevelep levr, kichen-ha-kichen; aesoc’h a se vezo kana mat ar c’hantikou.

2. Bez’ e oa toniou koz o vont da goll; implijet int bet aman ar muia a zo bet gellet; re droet oad deuet da veza da gana war an hevelep ton kantikou dishenvel e-lec’h rei e don da bep kantig peogwir n’eo toniou a vank.


3. Evit degas ar c’hiz da gana en eun doare lies-voueziel hon eus savet ha merket eun ton da eila bep tro ma oa aes hen ober. Kanennou latin lies-voueziek hon eus lakaet ivez, servichout a raint da laziou-kana ar parreziou. Ouspenn eun nebeud kantikou hag a blij kenan d’an dud; tro a vo d’o c’hana d’ar goueliou bras.

4. Evit eun hevelep ton ez eus alies meur a zoare dishenvel d’e gana eus eur Barrez d’eben; plijus ha talvoudus eo zoken kalz anezo hag eun dra vat e vefe bet o merka holl. Met... dibab hon eus ranket. Miret hon eus ar re anavezeta hag ar re dalvoudusa.

5. Ouspenn an notennou, kerz ar c’han ivez pe ar mentadur eo a ro e vlaz d’eun ton. Klasket hon eus skriva ar mentadur en eun doare sklaeroc’h, spisoc’h, reisoc’h. Chench alies ar mentadur gant eur c’hantig a zo kasaus d’hor meno hag eun diaezamant muioc’h hep abeg vat ebet. Daoust ha n’eo ket gwelloc’h, kep kemma an distera, kerz ar c’han evel just, kemerout berroc’h mentou ha derc’hel evel’se d’an hevelep mentadur penn-da-benn? Distropoc’h e teu da veza kerz ar c’han aesoc’h da baka, aesoc’h da gana. Ha neuze petra eo re alies ar chenchamanchou er mentadur e-kerz an hevelep ton nemet an ton kenta distreset?

6. Betek-hen ne roe ket da anaout an dastumadou kantikou anoiou an oberourien. Perak ? diaesoc’h a se n’eo ken labour ar re a glask sevel istor hor c’hantikou brezonek. Diwar notennou chomet warlerc’h an tad Bourdoulous, Jezuist, hon eus gellet sevel roll anoiou saverien ar c’hantikou nevesa. E penn kenta pep kantik e kavoc’h eta a-zehou ano an hini en deus savet ar c’homzou hag a-gleiz ano an hini en deus savet an ton. Ar steredennig a verk eo bet kemmet ha kempennet doare kenta ar c’hantik.

Istor ar c’hantikou brezonek a chom c’hoaz da ober. Sonjet hon eus eta embann, e penn-kenta hol levr, roll an dastumadou anavezeta a zo bet moulet en eskopti betek-hen. Ouspenn, eun nebeud eveziadennou war an toniou hag eur gerig bennak war buhez pep-hini eus an oberourien meneget el levr.

Skoazell hon eus bet digant L. Lok « ar furcher brezoneg » evit sevel ar pennad-se ha digant Reunan ar Mougn evit e lakaat e brezoneg. Bennoz Doue d’ezo !

7. N’eus bet lezet netra a gostez evit ma vezo kaer an dastumad-man. Dudius eo hor c’hantikou brezonek, pec’hed e vefe bet o gwiska gant truilhou, c’hoant hon eus bet lakaat endro d’ezo ficherez ha kinklerez evel ma vez fichet eur bennherez o vont da eureuji. Kredi a reomp ez omp deuet a-benn; poania a zo graet gant an doare moula. Skeudennou an aotrou Eugène Nourry a zo brao ivez, breizek awen. E gwirionez stumm al levrig n’eo ket re zister an holl diouz ar pinvidigeziou a zo ebarz.

Eur bedenn breman : Ra gavo kristenien Breiz, el levr-man, muioc’h a lorc’h gant herez o zadou, muioc’h a garantez evitan ha ra c’hellint gantan kana, gant muioc’h a feiz hag a levenez, meuleudi Hor Salver, e Vamm zantel ha Sent koz ar Vro.

Kantikou Brezonek Eskopti Kemper ha Leon (19462)

Voici maintenant le livre des cantiques avec la musique ; une nouvelle forme leur a été donnée, différente de celle des collections éditées jusqu’à présent pour le diocèse.

1. Au lieu d’être écrites à la manière du plain-chant d’Église, les mélodies ont été écrites selon la nouvelle manière de noter la musique, plus claire et plus connue.
Paroles et airs sont imprimés dans le même livre, côte à côte ; il sera ainsi plus facile de bien chanter les cantiques.

2. De vieilles mélodies étaient en train de se perdre ; elles ont été employées ici le plus qu’il soit possible ; on s’était trop habitué à chanter sur le même air des cantiques différents, au lieu de donner leur mélodie à tous les cantiques, alors même que ce ne sont pas les airs qui manquent.

3. Pour introduire l’usage de la polyphonie nous avons écrit et marqué un air d’accompagnement chaque fois qu’il était facile de le faire. Nous avons mis aussi des chants latins polyphoniques, qui serviront aux chorales paroissiales, ainsi que quelques cantiques qui plaisent beaucoup aux gens ; il y aura moyen de les chanter aux grandes fêtes.

4. Pour le même air il y a souvent plusieurs manières différentes de le chanter d’une paroisse à l’autre ; beaucoup d’elles sont agréables et même utiles, et il aurait été bon de les noter toutes. Mais... nous avons dû choisir. Nous avons gardé les plus connues et les plus valables.

5. Au-delà des notes, c’est aussi la cadence du chant ou son rythme qui donnent sa saveur à un air. Nous avons cherché à écrire le rythme d’une manière plus claire, plus précise, plus juste. Changer souvent le rythme d’un cantique est à notre avis désagréable et cause une plus grande difficulté sans bonne raison. N’est-il pas préférable, sans altérer aucunement la progression du chant, d’opter pour des mesures plus courtes et conserver ainsi la même signature rythmique tout au long du cantique ? Le cantique en devient plus fluide, plus facile à saisir, plus facile à chanter. Que sont en effet ces changements de signature rythmique au milieu d’un cantique, sinon une déformation du cantique d’origine ?

6. Jusqu’à présent les collections de cantiques ne donnaient pas le nom des auteurs. Pourquoi ?  Le travail de ceux qui cherchent à établir l’histoire de nos cantiques bretons n’en est rendu que plus difficile. A partir des notes laissées par le père Bourdoulous, jésuite, nous avons pu établir la liste des noms des auteurs des cantiques les plus récents. Au début de chaque cantique, vous trouverez donc à droite le nom de l’auteur des paroles et à gauche le nom du compositeur. L’astérisque indique que le cantique d’origine a été modifié et arrangé.
L’histoire des cantiques bretons reste encore à faire. Nous avons donc pensé publier, au début de notre livre [p. 7-8], la liste des collections les plus connues imprimées dans le diocèse jusqu’à présent. Le lecteur trouvera en outre quelques remarques sur les mélodies [p. 9-11] et un petit mot sur la vie de chacun des auteurs-compositeurs [p. 12-13] mentionnés dans le livre.
Nous avons été aidé par L. Lok [Dr Louis Dujardin (1885-1969) de Saint-Renan, alias Loeiz Lokournan] « le chercheur en breton » pour établir ce chapitre et par Reunan ar Mougn [le poète René Le Moigne] pour le mettre en breton. Merci à eux !

7. Rien n’a été laissé rien de côté pour que ce répertoire soit beau. Nos cantiques bretons sont merveilleux, cela aurait été un péché de les vêtir de haillons. Nous avons souhaité les habiller de beaux vêtements et d’une parure comme pour une fiancée allant se marier [cf. Ps. 44 (45)]. Nous croyons y être arrivés ; l’impression nous a donné beaucoup de mal. Les images de Monsieur Eugène Nourry sont belles, d’inspiration bretonne. En vérité la forme du livret n’est pas insignifiante à côté des richesses qu’il y a à l’intérieur.

Une prière maintenant : que les chrétiens de Bretagne trouvent, dans ce livre, plus de fierté et d’amour pour l’héritage de leurs pères, qu’ils puissent grâce à lui chanter, avec plus de foi et de bonheur, la louange de Notre Sauveur, de sa sainte Mère et des vieux Saints du Pays breton.

(troet e galleg gand / traduit en français par
Hervé Queinnec)

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16