Douarnenez, juin 2017: un colloque international sur Michel Le Nobletz

DOM MICHEL LE NOBLETZ

Ar beleg fol / Le prêtre fou

MYSTIQUE ET SOCIÉTÉ EN BRETAGNE AU XVIIe SIÈCLE

Colloque international, Douarnenez (auditorium du Port-musée),

Jeudi 8 et vendredi 9 juin 2017

Organisé par le CRBC (UBO Brest), Tempora (Rennes 2), le CeSor (EHESS Paris),
l’Institut culturel de Bretagne et l’évêché de Quimper

Renseignements : http://www.port-musee.org
Inscriptions : évêché de Quimper, 02 98 55 34 47

Le Nobletz Dnz 2

Jeudi 8 juin 2017, matinée :

9h00 : Accueil

9h30 : Ouverture de colloque par M. Yvon Tranvouez, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université de Bretagne occidentale, président de la Section « Religion » de l’Institut culturel de Bretagne ; M. Ronan Calvez, directeur du Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC), Université de Bretagne occidentale ; Mgr Laurent Dognin évêque de Quimper et de Léon ; M. Philippe Paul, sénateur-maire de Douarnenez.

Le contexte
Présidence de séance : Yvon Tranvouez

10h : Bernard Dompnier, professeur émérite d’histoire moderne, Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand, Centre d’histoire espaces et cultures – La France, terre de mission dans la première moitié du XVIIe siècle

10h30 : Ralph Dekoninck, professeur d’histoire de l’art, Université catholique de Louvain, directeur du GEMCA (Groupe d’analyse culturelle de la première modernité) – L’imagerie religieuse au temps de dom Michel

11h : questions

11h15 pause

11h30 : Georges Provost, maître de conférences d’histoire moderne à l’Université Rennes 2, Tempora – Les supports de la mémoire de dom Michel, approche historiographique

12h : Jean-Michel Le Boulanger, maître de conférences de géographie à l’Université de Bretagne Sud – Michel Le Nobletz à Douarnenez

12h30 : questions

12h45 : repas

Jeudi 8 juin, après-midi

Dom Michel et la langue bretonne
Présidence de séance : Fanch Roudaut

14h30 : Ronan Calvez, professeur de celtique, Université de Bretagne occidentale, CRBC – Dom Michel et la langue bretonne

15h : Bernard Lasbleiz, chercheur associé au CRBC – Les cantiques de dom Michel

15h30 : questions

15h45 : pause

Les cartes peintes et leur enseignement
Présidence de séance : Ralph Dekoninck

16h : Yann Celton, bibliothécaire diocésain de Quimper, chercheur associé au CRBC – Les fonds conservés : manuscrits et cartes peintes

16h30 : Marine Letouzey, conservatrice-restauratrice d’œuvres graphiques et de livres – Étude matérielle des cartes peintes de dom Michel : état sanitaire et analyse spectographique des pigments utilisés

16h45 : Franz Reitinger, historien (Salzburg) – Les cartes spirituelles de Michel Le Nobletz

17h15 : Pierre-Antoine Fabre, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, CéSor – Les sources visuelles des cartes peintes de Michel Le Nobletz : acquis et hypothèses

17h45 : questions

18h00 : Vernissage de l’exposition « Le Nobletz » au Port-musée de Douarnenez


Vendredi 9 juin, matinée :

Dom Michel et la mystique du temps
Présidence de séance : François Trémolières

9h30 : Marc Court, docteur en littérature, membre de la North American Society for Seventeenth-Century French Literature – Former des saints : la diffusion des habitus de sainteté dans les collèges jésuites via la congrégation, la culture miraculaire et l’image

10h00 : P. Hervé Queinnec, chancelier du diocèse de Quimper et Léon – L’enseignement de dom Michel à travers ses textes

10h30 : questions

10h45 : pause

11h00 : Silvia Mostaccio, professeur d’histoire moderne, Université de Louvain, GEMCA LaRHis  – Des hommes et des femmes : doctrines et dévotions, de dom Michel aux jésuites de la mission Bretonne

11h30 : Fañch Roudaut, professeur émérite d’histoire moderne, Université de Bretagne occidentale, CRBC – Dans le sillage de dom Michel, figures de mystiques bretons

12h : questions

12h15 : repas

Vendredi 9 juin, après-midi :

La postérité de dom Michel
Présidence de séance : Bernard Dompnier

14h : Patrick Malrieu, président de l’Institut culturel de Bretagne – Les débuts de la renommée, Michel Le Nobletz dans les feuilles volantes

14h30 : Jean Simard, professeur émérite en ethnologie du Québec et de l’Amérique française à l’Université Laval (Québec), président de la Société québécoise d’ethnologie – La postérité de dom Michel Le Nobletz dans le Nouveau Monde

15h questions

15h15 pause

15h30 : Kristell Loussouarn, archiviste diocésain de Quimper et Léon – Les procès en béatification de dom Michel

16h : Georges Provost, maître de conférences d’histoire moderne à l’Université Rennes 2, Tempora – Les représentations iconographiques de dom Michel, XVIIe – XXIe siècle

16h30 François Trémolières, professeur de littérature française du XVIIe siècle à l’Université Rennes 2, CELLAM –  Pour une édition de Michel Le Nobletz

17h : questions

17h15 : Alain Croix, professeur émérite d’histoire moderne à l’Université Rennes 2 – Conclusions du colloque

18h : Maud Hamoury, docteur en littérature, bibliothèque diocésaine de Saint-Brieuc, Visite de la chapelle Saint-Michel de Douarnenez, présentation des lambris peints.

Le Nobletz Dnz 3

En complément de ce colloque international, une exposition sur les cartes peintes de Dom Michel Le Nobletz se tient au Port-Musée de Douarnenez jusqu'au 3 septembre 2017. Pour la première fois depuis 1954, ce sont toutes les cartes peintes qui sont présentées au public, ainsi que deux « déclarations ». Ces cartes constituent des documents majeurs de l’histoire de l’Eglise en Bretagne. Ils constituent également l’un des rares témoignages de la vie quotidienne en Basse-Bretagne dans le premier XVIIe siècle. Au vu de leur grande originalité, l’ensemble de ces documents a été classé au titre des Monuments historiques en 2003.

Le blog "Feiz ha sevenadur"

  • Réflexion du Père Job An Irien : Euz petra on-eus aon ? / De quoi avons-nous peur ?

    Euz petra on-eus aon ? Job2019

    Euz a belec’h eo deuet ar seurt aon-ze, a zo en em zilet en or spered abaoe eun nebeud miziou ? Santoud a reem mad e oa eun dra bennag ha ne ’zae ket mad e istor ar bed, ha ne ouiem ket petra. Re vrao oa deuet ar vuez da veza, peogwir e welem euz an eil boavez d’egile ar vuez o hirraad, hag an dud a gant vloaz o tond da veza niverusoc’h niverusa. Kredet on-noa en eun araokadenn heb fin peogwir on-noa pelleet diouz or broiou ar brezel hag an naonegez. War ar mêz e kreske an atañchou muioc’h-mui... Lod tud o-doa sonet ar c’hloc’h-galv koulskoude, peogwir o-doa santet araog ar re all e vedom war eun hent-dall, med n’int ket bet selaouet. Goulenn a raent cheñch hent, med perag cheñch hent pa ’z-eo ken brao an hent a ’z-eom gantañ... Hag eo c’hoarvezet ar C’hovid-19. ’Vel eun taol kurun en or bed digatar, ha neuze eo bet dizoloet on aon kuz, eun aon hag a oa o voudinellaad en or skouarn abaoe pell, eun aon ha ne felle ket deom kleved.

    Mastaret on-eus boul ar bed ha mall eo deom kempenn anezi. N’om ket re ziwezad ma fell deom cheñch on doareou da implij pinvidigeziou ar bed ha da ranna anezo evid gwella mad an oll. An taniou-gwall er Siberi a lavar deom n’on-eus ket amzer da goll. An digoada en Amazonia, ouspenn laerez o boued digand an dud a vev eno, a vir ouz ar bed da denna e alan. Implij ar glaou ha dreist-oll implij divuzul an eoul-douar evid on energiez hag ar plastik ne reont nemed gwasaad stad or bed...

    Evid ar wech kenta marteze euz on istor on-eus aon euz an amzer da zond. Teñval eo an oabl dirazom. Eun araokadenn ha ne lak ket an den hag an doujañs evid an natur da genta ne gas nemed a-benn d’ar voger. N’eo ket eun araokadenn wirion peogwir e tigas ganti falc’h ar maro. Goud a ouezom hirio e c’hell pep hini ahanom ober eun dra bennag evid savetei an amzer da zond. Douarou a vo kollet, inizi a vo beuzet ha poblou a ranko dilezel o bro ma ne reom ket amañ ar pez a c’hellom. Na lezom ket an aon-kuz d’or seiza, rag oll asamblez on-eus ar garg euz or bed, hag ar pez a reom en on lec’h deom-ni a zo a-bouez evid ar bed a-bez.


    De quoi avons-nous peur ?

    D’où est venue cette sorte de peur qui s’est insinuée dans notre esprit depuis quelques mois ? Nous sentions bien qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas bien dans l’histoire de notre monde, et nous ne savions pas quoi. La vie était devenue trop belle, puisque nous la voyions d’une année sur l’autre s’allonger, et que les gens de cent ans devenaient de plus en plus nombreux. Nous avions cru en un progrès sans fin, puisque nous avions écarté de nos pays la guerre et la famine. Dans les campagnes les fermes s’agrandissaient de plus en plus... Certains avaient pourtant sonné le tocsin, parce qu’ils avaient ressenti avant les autres que nous allions vers une impasse, mais ils n’ont pas été écoutés. Ils demandaient de changer de direction, mais pourquoi changer de direction quand est si belle la route que l’on suit... Et le Covid-19 est arrivé. Comme un coup de tonnerre dans notre ciel sans nuages, et nous avons alors découvert notre peur cachée, une peur qui bourdonnait à nos oreilles depuis longtemps, une peur que nous ne voulions pas entendre.

    Nous avons sali notre globe, et il est plus que temps de le réparer. Nous ne sommes pas trop tard si nous voulons changer nos manières d’utiliser les richesses du monde et les partager pour le meilleur bien de tous. Les incendies en Sibérie nous disent que nous n’avons pas de temps à perdre. La déforestation de l’Amazonie, en plus de voler leur nourriture aux gens qui y vivent, empêche notre monde de respirer. L’utilisation du charbon et surtout l’utilisation démesurée du pétrole pour notre énergie et le plastique ne font qu’empirer l’état de notre monde...

    Pour la première fois peut-être de l’histoire de notre monde, nous avons peur de l’avenir. Le ciel est sombre devant nous. Un progrès qui ne met pas l’homme et le respect de la nature en premier ne conduit que dans le mur. Ce n’est pas un vrai progrès puisqu’il apporte avec lui la faux de la mort. Nous savons aujourd’hui que chacun de nous peut quelque chose pour sauver l’avenir. Des terres seront perdues, des îles seront noyées et des peuples devront abandonner leur pays si nous ne faisons pas ici ce que nous pouvons. Ne laissons pas la peur cachée nous paralyser, car tous ensemble nous sommes responsables de notre monde et ce que nous faisons en notre lieu est important pour le monde entier.


     Tad Job an Irien

  • Nouvelle édition de Muzikou Kantikou Brezoneg

    Nouvelle édition de Muzikou Kantikou Brezoneg bannière Minihi

    Projet pour les éditions du Minihi Levenez :
    Une nouvelle édition, revue et corrigée.
    Augmentée  des refrains en breton des psaumes des trois années liturgiques (A, B et C) et de nouveaux cantiques.

    Une souscription sera proposée dans les semaines à venir
    Pour plus d'informations, contacter le Minihi-Levenez
    29800 Tréflévénez
    02 98 25 17 66

     

  • Ar Zalmou war ar rouedad

    Pedenn an deiz GF 1Ema bremañ meur a zalm war ar rouedad, war lehienn eskopti Kemper ha Leon. War ar bajenn digerri e ranker klika war "Feiz" > "Salmou".

    Ar 97 salm kinniget a zo tennet euz al leor “Pedenn an deiz”, embannet e 1988 gand Minihi Levenez. Eun droidigez evid al liderez eo.

    Emichañs e vo gelled kinnig an oll zalmou e brezoneg dizale.

  • 1

Archives - Teuliou

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17