Imprimer cette page
Publié dans Archives

Taolennou. Michel le Nobletz. Tableaux de mission

Vient de paraître en librairie un livre sur les célèbres cartes peintes de dom Michel Le Nobletz : « Taolennoù. Michel le Nobletz. Tableaux de mission ». Publié aux éditions Locus Solus de Châteaulin, il est le fruit d’un partenariat entre nos Archives diocésaines (Quimper et Léon) et le Port-musée de Douarnenez, à la suite du colloque universitaire tenu à Douarnenez les 8-9 juin 2017, et de l’exposition organisée au Port-musée du 29 avril au 3 septembre 2017.

Ce magnifique livre d’art en couleur permet de découvrir et d’admirer ces œuvres exceptionnelles, précieusement conservées aux archives de l’évêché de Quimper.

Les auteurs des différents chapitres de l’ouvrage sont : Yann Celton, bibliotécaire diocésain (Vie de Michel Le Nobletz, Les cartes de parcours) ; Hervé Queinnec, chancelier du diocèse (Les cartes symboliques) ; Yann-Kelig Cotto, directeur du Port-Musée de Douarnenez (Michel Le Nobletz et l’école de cartographie du Conquet) ; Kristell Loussouarn, archiviste diocésain (Les sources archivistiques et le procès de béatification de dom Michel).
Disponible en librairie au prix de 25€.

couv.Taolennou.2018Missionnaire de la Réforme catholique au XVIIe siècle, Michel Le Nobletz développa auprès des populations de Basse-Bretagne des méthodes pédagogiques nouvelles. Il inventa notamment l’usage de cartes peintes, appelées aujourd’hui taolennoù, dont il ne reste plus que 14 exemplaires. Ce livre les reproduit pour la première fois dans leur intégralité.

Ces grandes peintures allégoriques sur parchemin ont toutes été photographiées avec précision et sont présentées en pleine page grand format. Des agrandissements illustrent le quotidien méconnu de cette époque : costumes, métiers, techniques, bateaux…

Michel Le Nobletz, savant et grand voyageur, était pétri des connaissances les plus avancées de son temps. Il accomplit son œuvre dans un dénuement passionné, parcourant les îles d’Ouessant à Sein et toutes les campagnes du Finistère à cheval. Ses méthodes originales, s’entourant de femmes laïques par exemple, lui valent un soutien populaire mais le désaveu de sa hiérarchie. Proche des cartographes du Conquet, qu’il emploie pour traduire graphiquement ses écrits, il laisse avec ses tableaux un témoignage incomparable sur l’Ancien Régime. L’Église l’a déclaré vénérable en 1897.

Les aspects religieux, maritimes, géographiques et historiques de ces œuvres sont ici expliqués par les meilleurs spécialistes (Présentation de l’éditeur).