On Tad

Ar gristenien n’o-deus bremañ da ober nemed “kemer ha debri, kemer hag eva, korf ha gwad ar Zalver”, hervez urz an Aotrou.

En em brepari a reont dre ar bedenn roet gand Jezuz e-unan : goulenn ma vo anzavet gwiriou an Tad, goulenn ar bara pemdezieg hag ar pardon, beza diwallet diouz an droug.

Ar beleg a astenn ar goulenn-mañ, hag ar bobl a respont dre eur veuleudi : “deoc’h ar rouantelez”.

Goude-se, e c’houlenn an Iliz peoc’h-Doue ha gras an unaniez eviti hag evid famill an denelez a-bez ; an dud fidel a ginnig neuze eur sin a beoc’h hag a garantez an eil d’egile a-raog komunia.


 

Dans l´oraison dominicale, on demande le pain quotidien qui, pour les chrétiens, évoque surtout le pain eucharistique, et on y implore la purification des péchés, pour que les choses saintes soient vraiment données aux saints. Le prêtre prononce l´invitation à la prière, tous les fidèles disent celle-ci avec le prêtre, et le prêtre seul ajoute l´embolisme que le peuple conclut par la doxologie (IGMR, n° 81).

Ici commencent les rites de communion : des frères qui vont recevoir le corps du Seigneur s’efforcent d’entrer dans sa prière, en une attitude de respect, de confiance filiale, de pardon mutuel.

  • 1