Pedenn sant Frañsez

Aotrou, grit ouzin eur benveg euz ho peoc’h,
’lec’h m’ema ar gasoni, ra lakin ar garantez.
’lec’h m’ema an dismegañs, ra lakin ar pardon.
’lec’h m’ema an dizunvaniez, ra lakin unaniez.
’lec’h m’ema ar fazi, ra lakin ar wirionez.
’lec’h m’ema an douetañs, ra lakin ar feiz.
’lec’h m’ema an dizesper, ra lakin esperañs.
’lec’h m’ema an deñvalijenn, ra lakin ar sklêrijenn.
’lec’h m’ema an dristidigez, ra lakin allevenez.
O Aotrou, ra ne glaskin ket kement
beza frealzet eged frealzi,
beza komprenet eged kompren,
beza karet eged kared.
Rag o ’n em rei eo e resever,
o ’n em akounac’haad eo ec’h en em adkaver,
o pardoni eo e vezer pardonet,
o vervel eo ec’h adsaver d’ar vuez peurbaduz.

Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix,
Là où est la haine, que je mette l’amour.
Là où est l’offense, que je mette le pardon.
Là où est la discorde, que je mette l’union.
Là où est l’erreur, que je mette la vérité.
Là où est le doute, que je mette la foi.
Là où est le désespoir, que je mette l’espérance.
Là où sont les ténèbres, que je mette la
lumière.
Là où est la tristesse, que je mette la joie.
O Seigneur, que je ne cherche pas tant à
être consolé qu’à consoler,
à être compris qu’à comprendre,
à être aimé qu’à aimer.
Car c’est en se donnant qu’on reçoit,
c’est en s’oubliant qu’on se retrouve,
c’est en pardonnant qu’on est pardonné,
c’est en mourant qu’on ressuscite à l’éternelle vie.