Nedeleg

Ya

Ar Mab e-noa lavaret « ya ».
Ar Mab, a oa bet greet ar bed drezañ hag evitañ.
Ar Mab, hag a gare kement an den,
Ar Mab hag a wele e daoulagad e Dad e garantez evid an den,
Ar Mab e-noa lavaret :

« O, Ya, Tad, mond a rin !
Bez’ e vin den e-touez an dud,
evid samma war va hein o ’foaniou ;
Bez’ e vin den e-touez an dud
evid hada enno ho karantez.
Bez’ e vin den e-touez an dud,
evid o zacha war-zu ar frankiz.
Bez’ e vin levenez ar paour, esperañs ar reuzeudig,
ha sklerijenn en noz.

O, ya, Tad, mond a rin,
hag e vezin ’vel ar vleunienn a ro he sked,
hag a hell beza flastret ;
bez’ e vin ’vel ar goulmig a zo peoh,
hag a hell beza lazet ;
bez’ ez-in gand va daouarn noaz,
heb kleze nag arhant.
Bez’ ez-in ’vel eur bugel,
rag ho pugel on, Tad,
hag e karan ar vugale.
O, ya, Tad, mond a rin,

Hag em halon e vezoh,
hag e vezoh ganin bleunienn ha koulmig ha
sklerijenn,
ha paour ha reuzeudig.
Hag eun deiz, o Tad,
ablamour deoh,
e kano oll vugale ar bed !

(Job an Irien, Minihi Levenez 4, 1990,
“Komzou evid pedi”, p. 16-17)

Le Fils avait dit « Oui ».
Le Fils par qui et pour qui
le monde avait été fait.
Le Fils qui aimait tellement l’homme.
Le Fils qui voyait dans les yeux de son Père
son amour pour l’homme,
Le Fils avait dit :

« O oui, Père, j’irai,
Je serai homme parmi les hommes,
pour les tirer du côté de la liberté.
Je serai la joie du pauvre,
l’espérance du malheureux,
et la lumière dans la nuit.

O oui, Père, j’irai,
et je serai comme la fleur
qui répand sa beauté
et qu’on peut écraser ;
et je serai comme la colombe,
qui est paix,
et qui peut être tuée ;
j’irai les mains nues,
sans épée ni argent.
J’irai comme un enfant,
car je suis ton enfant, Père,
et j’aime les enfants.

O, oui, j’irai
et dans mon cœur tu seras
et avec moi tu seras fleur,
et colombe, et lumière,
et pauvre et malheureux :
Et, un jour O Père,
à cause de toi,
les enfants du monde chanteront.