Réflexion du Père Job An Irien : Disfiziañs ? / Méfiance ?

Disfiziañs ?Jobtaol

Eur ger a zo o ’n-em zila tamm ha tamm en or buez, deiz goude deiz ha miz goude miz : ar ger disfiziañs ! En em c’houlenn a reom ha gwir eo ar c’heleier a vez roet deom da gleved, ha gwir eo ar promesaou greet deom gand or renerien, ha gwir eo ema ar c’hleñved-red o vond war gil... An disfiziañs-se a ’n-em zil e peb lec’h, beteg en on daremprejou gand ar re all. Her gwelet am-eus va-unan pa ’z-eo bet goulennet diganin, araog degemer ahanon : «Ha bet out bet oc’h ober eun test, te hag a wel kement a dud ?» P’am-eus respontet «N’on ket!» em-eus gwelet ’vel eur goumoulenn zu o tremen e daoulagad an hini ne ouie ket kén ha mad e oa digeri din an nor. An disfiziañs eo a red, muioc’h c’hoaz eged ar c’hleñved ; n’eo ket heb abeg eveljust, med kontammi a ra pep tra.

Lakaad eur maskl, ken aliez ha m’eo red, a zo dija eun doare da lavared on doujañs e-keñver ar re all, med maga en on diabarz eur fiziañs don enno a zo eun afer all. Stag eo ouz on doare da weled ar vuez pemdezieg. Perag ez-a kement an dud da vale er mareou-mañ en natur, er meneziou ha war bord an aod, nemed peogwir o-deus ezomm da zantoud ez-eus kaerder er bed, hag eo trec’h ar vuez war ar maro. Gouzoud trugarekaad evid kement tra a zo kaer a zigor ennom an nor da weled an traou kaer a ra or breudeur, ha na welom ket peurliesa, peogwir int traou bian. Int-i eo koulskoude a c’hellfe maga or fiziañs.

Soñj a zeu din euz testamant speredel sant Divi, sant patron Bro-Gembre, en e Vuhez Kembraeg ; eun testamant eo ha n’eo ket anavezet awalc’h gand ar Vretoned : «Aotronez, breudeur, c’hoarezed, bezit laouen, dalhit d’o feiz ha d’ho kredenn, ha kasit da benn an traou bian-se ho-peus klevet ganin hag ho-peus gwelet ahanon oc’h ober, ha setu ma krogan gand ar veaj o-deus greet on tadou. Bezit kaloneg keid ha m’emaoc’h war an douar, rag ne weloc’h ket ahanon kén war an douar-mañ.»

An traou bian-se a c’hell maga or fiziañs, rag int-i eo a jeñch istor ar bed, peogwir e roont kalon deom ha d’ar re all. An esperañs ne zao ket war zouar sec’h ha kraz !

 

Méfiance ?

Il y a un mot qui s’infiltre peu à peu, jour après jour, mois après mois, dans nos vies : c’est le mot ‘méfiance’ ! Nous nous demandons si les nouvelles qu’on nous donne à entendre sont vraies, si les promesses que nous font nos dirigeants sont vraies, et s’il est vrai que l’épidémie recule... La méfiance s’insinue partout, jusque dans nos relations avec les autres. Je l’ai expérimenté moi-même lorsqu’on m’a demandé avant de m’accueillir : «As-tu été faire un test, toi qui rencontres tant de gens ?» Lorsque j’ai répondu «Non», j’ai vu comme un nuage sombre passer dans les yeux de la personne qui ne savait plus si c’était bien de m’ouvrir sa porte. C’est la méfiance qui court, davantage encore que l’épidémie ; ce n’est pas sans raison bien sûr, mais cela empoisonne tout.

Mettre un masque aussi souvent que nécessaire, c’est déjà une façon de dire notre respect envers les autres, mais nourrir intérieurement une confiance profonde, c’est une autre affaire. C’est en relation avec notre manière de voir la vie quotidienne. Pourquoi tant de gens ces temps-ci s’en vont-ils marcher dans la nature, à la montagne ou au bord de la mer, sinon parce qu’ils ont besoin de sentir qu’il y a de la beauté dans le monde, et que la vie triomphe de la mort. Savoir remercier pour tout ce qui est beau ouvre en nous la porte pour voir les belles choses que font nos frères, et que nous ne voyons pas la plupart du temps, parce qu’elles sont toutes petites. Ce sont pourtant elles qui peuvent nourrir notre confiance.

Me revient en mémoire le testament spirituel de saint Divy, le patron du Pays de Galles, dans sa Vie Galloise, testament trop peu connu des Bretons : «Seigneurs, frères, soeurs, soyez joyeux, gardez votre foi et votre croyance, et accomplissez les petites choses que vous avez entendues de moi et que vous m’avez vu faire, et voici que je commence le voyage que nos pères ont fait. Soyez courageux tant que vous êtes sur cette terre, car vous ne me verrez plus sur cette terre.»

Ce sont ces petites choses qui peuvent alimenter notre confiance : ce sont elles qui changent l’histoire du monde, car elles nous encouragent et les autres aussi. L’espérance ne pousse pas sur terre assèchée et aride !

Tad Job an Irien

Le blog "Feiz ha sevenadur"

  • Prière du Père Job an Irien : Meuleudi deoc'h 'vid an all zent / Louange à Toi pour tous les saints

  • Réflexions du Père Job an Irien : An Ollzent / La Toussaint

    An Ollzent   An Ollzent2020

    Breudeur, kerent ha mignoned.

    Pa zellan ouz ar vered e teu bep tro war va spered ar c’homzou-mañ : « Eet int oll d’ar gêr !» Rag erfin int oll eet beteg o lojeiz diweza, an hini ne ouient ket hag a zo kinniget dezo warlerc’h ar beskellou hag an talarou. An ti-ze a zo hini o zud, a vevent dija ganto er bed-mañ, goude dezo beza eet kuit abaoe pell marteze. Med amzer dec’h a jom pell hag hir ennom, hag ar garantez n’he-deus ket a harzou. Ar pez ne welom ket, med a jom beo ennom, a zo ken gwir hag ar pez a welom, nemed deuet e vefem da veza ken yen hag ar mên. Mare kala-goañv a ro tro deom bep bloaz da startaad al liammou-ze a ra deom beza kalz muioc’h eged ar pez a zeblantom beza. Gwriet om gand liammou hag o-deus roet deom korv hag ene, hag e teu ar mare da drugarekaad evid kement on-eus resevet euz o ferz dezo oll.

    E gwirionez eo a-wechou da genta ar mare da bardoni evid ar gouliou deuet deom euz o ferz, ha da c’houlenn pardon evid ar re on-nefe greet dezo. Ober ar peoc’h gand on anaon a zo ar gwella doare da zigemer o c’harantez ha da ginnig dezo on hini. Perag e kendalhfem da zougen sammou du ha n’o-deus ket kén a lec’h da veza, peogwir ne reont nemed pennaska ahanom? On anaon ne reont nemed gortoz or pardon evid kinnig deom o c’harantez, peogwir int leuniet o-unan a garantez e ti Doue. Ar pez o-deus klasket ’doug o buez a gavont bremañ, ha n’o-deus nemed eur c’hoant : e rafem euz or bed eur bed a beoc’h, eur bed ’lec’h ma c’hellfe peb den lakaad da dalvezoud e berziou mad ’vid gwella mad an oll; ha nann eur bed a loened gouez ’vel m’on-eus gwelet n’eus ket pell.

    Mare an Oll-Zent ha Kala-Goañv a ro deom da zoñjal, med ive da gaoud fiziañs en amzer da zond rag gouzoud a reom mad on-eus tro-dro deom testou a lavar deom emaint ganeom evid ober hent ganeom. Int-i eo a gan deom ar c’hantik : «Breudeur, kerent ha mignoned, en an’ Doue, or selaouit !»

    La Toussaint

    Frères, parents et amis.

    Lorsque je regarde le cimetière me viennent chaque fois à l’esprit ces paroles : «Ils sont tous partis à la maison !» Car en fin de compte ils s’en sont tous allés vers leur dernière demeure, celle qu’ils ne connaisssaient pas et qui leur est offerte après les lignes de biais et les dernières lignes. Cette dmeure est celle des leurs, avec qui ils vivaient déjà en ce monde, bien qu’ils soient partis depuis longtemps peut-être. Mais le passé demeure longtemps en nous, et l’amour n’a pas de limites. Ce que nous ne voyons pas, mais qui reste vivant en nous, est aussi vrai que ce que nous voyons, à moins que nous soyons devenus aussi froids que la pierre. Le temps de la Toussaint nous donne l’occasion chaque année de renforcer ces liens qui nous font être bien davantage que ce que nous paraissons. Nous sommes tissés de liens qui nous ont donné un corps et une âme, et voici le moment de remercier pour tout ce que nous avons reçu de leur part à tous.

    En réalité c’est d’abord parfois le moment de pardonner pour les blessures qu’ils nous ont causées, et de demander pardon pour celles que nous leur avons faites. Faire la paix avec nos défunts est le meilleur moyen d’accueillir leur amour et de leur offrir le nôtre. Pourquoi continuerions-nous de porter de noirs fardeaux qui n’ont plus lieu d’être, et qui ne font que nous entraver ? Nos défunts ne font qu’attendre notre pardon pour nous offrir leur amour, car ils sont eux-mêmes remplis d’amour dans la maison de Dieu. Ce qu’ils ont cherché toute leur vie, ils le trouvent maintenant, et ils n’ont qu’un désir : que nous fassions de notre monde un monde de paix, un monde où chaque personne pourrait faire fructifier ses meilleurs qualités pour le bien de tous, et non un monde de bêtes sauvages comme nous l’avons vu récemment.

    Le temps de la Toussaint et des défunts nous donne à réfléchir, mais aussi à avoir confiance dans l’avenir, car nous savons bien que nous avons autour de nous des témoins qui nous disent qu’ils sont avec nous pour faire route avec nous. Ce sont eux qui nous chantent le cantique : «Frères, parents et amis, au nom de Dieu, écoutez-nous !»

     
    Tad Job an Irien

  • Minihi Levenez : 11 a viz du

    Ne vo ket eun abadenn evid deski kantikou nevez d'an 11 a viz du 2020.

    Il n'y aura pas de séance d'apprentissage de cantiques le 11 novembre 2020 au Minihi Levenez.

  • Nouvelle édition de Muzikou Kantikou Brezoneg

    Nouvelle édition de Muzikou Kantikou Brezoneg bannière Minihi

    Projet pour les éditions du Minihi Levenez :
    Une nouvelle édition, revue et corrigée.
    Augmentée  des refrains en breton des psaumes des trois années liturgiques (A, B et C) et de nouveaux cantiques.

    Une souscription sera proposée dans les semaines à venir
    Pour plus d'informations, contacter le Minihi-Levenez
    29800 Tréflévénez
    02 98 25 17 66

     

  • Ar Zalmou war ar rouedad

    Pedenn an deiz GF 1Ema bremañ meur a zalm war ar rouedad, war lehienn eskopti Kemper ha Leon. War ar bajenn digerri e ranker klika war "Feiz" > "Salmou".

    Ar 97 salm kinniget a zo tennet euz al leor “Pedenn an deiz”, embannet e 1988 gand Minihi Levenez. Eun droidigez evid al liderez eo.

    Emichañs e vo gelled kinnig an oll zalmou e brezoneg dizale.

  • 1

Archives - Teuliou

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17