Réflexion du Père Job An Irien : Hanter-Eost / Quinze août

Hanter-Eost Rumengol

Azeza ha chom trankil ! Ehana da zoñjal er pez a vefe c’hoaz da ober. Chom a-zav da vad eur frapadig d’an nebeuta ha selaou. Sioul eo ar zaout er park e kichenn, peuri a reont. An avel a hej gouestadig deliou ar gwez el liorz, med ne welan labous ebed : morgousket int moarvad gand an dommder. Ar c’houmoul a zeu hag a ya heb lavared da belec’h ez eont. Kuzad ha dispaka an heol a reont, beb eil, heb goulenn on ali. Er pellder, linenn diskompez ar Menez-Are euz Sant-Mikael beteg ar Menez-Hom a gloz an daolenn. Trouz all ebed nemed an avelig flour a gan en deliou. Gwir eo : Hanter-Eost eo, gouel braz ar Werhez e kement ha kement a lehiou en or bro. Med er bloaz-mañ n’eo nemed eun hanter-pardon, heb bannielou na prosesion. Eun deiz kaer eo koulskoude ken dedennet ma ’z-om gand dremm lugernuz ar Werhez-se.

Eur seurt mister eo : roet on-eus he ano da gement a feunteuniou, a japeliou hag a ilizou beteg dond da veza Itron-Varia a beb lec’h pe dost, hag ouspenn beza kanet war toniou anavezet, ma rankom en em c’houlenn perag. Hag ezomm on-noa da gaoud eur vamm d’on digemer en tu all d’ar maro, war dreuzou ar baradoz, pa vefe echu ganeom on treuz war an tamm douar-mañ ? Skeudenn douster or mamm e bloaveziou kenta or bugaleaj eo a glaskom neuze e Mari. Med marteze eo red klask pelloc’h, ha gweled he dremm lugernuz d’an deiz m’eo savet he Mab da veo. Hi, hag he-doa treuzet kement a boaniou hag a anken moarvad gand he Mab azaleg ar penn-kenta, ha n’he-doa morse kollet fiziañs, hi a lavar da bep hini ahanom ar memez tra : «bezit fiziañs ! Gouzoud a ran da belec’h e kas hoc’h istor. An daelou am-eus skuillet p’eo marvet va mab a zo ive ho re deoc’h c’hwi, hag e vezint sehet ’vel m’eo bet sehet va re da vintin Pask.»

Me gav din eo ablamour da ze o-deus on tadou dibabet Mari da vamm evid atao, ha bian pe braz, he fardon a vezo atao eur pardon laouen, daoust d’ar c’hovid daonet-se. Hanter-Eost laouen d’an oll !


Quinze août

S’asseoir et rester tranquille ! Arrêter de penser à ce qui serait encore à faire. S’arrêter réellement un moment au moins, et écouter. Les vaches sont calmes dans le champ à côté, elles broutent. Le vent agite doucement les feuilles des arbres dans le jardin, mais je ne vois aucun oiseau : ils sont probablement assoupis par la chaleur. Les nuages vont et viennent sans dire où ils vont. Ils cachent et révèlent le soleil, tour à tour, sans demander notre avis. Au loin, la ligne irrégulière des Monts d’Arrée de Saint-Michel au Ménez-Hom complète le tableau. Pas d’autre bruit que celui du vent léger qui chante dans les feuilles. C’est vrai : c’est le quinze août, la fête de la Vierge en tant et tant de lieux chez nous. Mais cette année, ce ne sera qu’un demi-pardon, sans bannières ni procession. C’est un beau jour pourtant, tellement nous sommes attirés par le visage rayonnant de cette Vierge.

C’est un peu un mystère : elle a donné son nom à tant de fontaines, de chapelles et d’églises, jusqu’à devenir la Notre-Dame de tout lieu ou presque, et en outre elle est chantée sur tant d’airs connus, qu’il nous faut bien nous demander pourquoi. Avions-nous besoin d’avoir une mère pour nous accueillir au-delà de la mort, sur le seuil du paradis, quand nous aurions terminé notre passage sur cette terre ? C’est la douce figure de notre mère dans les premières années de notre enfance que nous chercherions alors en Marie. Mais peut-être faut-il chercher plus loin, et voir son visage rayonnant le jour où son Fils est ressuscité. Elle qui avait traversé tant de souffrances et sans doute d’angoisses avec son Fils dès le début, et qui n’avait jamais perdu confiance, elle dit à chacun de nous : «Ayez confiance ! Je sais où conduit votre histoire. Les larmes que j’ai versées lorsque mon fils est mort sont aussi les vôtres, et elles seront sèchées comme ont été sèchées les miennes au matin de Pâques.»

Je pense que c’est à cause de cela que nos pères ont choisi Marie pour mère pour toujours. Petit ou grand, son pardon sera toujours un pardon joyeux, malgré ce damné Covid. Joyeux quinze août à chacun !

Tad Job

Le blog "Feiz ha sevenadur"

  • Prière du Père Job an Irien : Meuleudi deoc'h 'vid an all zent / Louange à Toi pour tous les saints

  • Réflexions du Père Job an Irien : An Ollzent / La Toussaint

    An Ollzent   An Ollzent2020

    Breudeur, kerent ha mignoned.

    Pa zellan ouz ar vered e teu bep tro war va spered ar c’homzou-mañ : « Eet int oll d’ar gêr !» Rag erfin int oll eet beteg o lojeiz diweza, an hini ne ouient ket hag a zo kinniget dezo warlerc’h ar beskellou hag an talarou. An ti-ze a zo hini o zud, a vevent dija ganto er bed-mañ, goude dezo beza eet kuit abaoe pell marteze. Med amzer dec’h a jom pell hag hir ennom, hag ar garantez n’he-deus ket a harzou. Ar pez ne welom ket, med a jom beo ennom, a zo ken gwir hag ar pez a welom, nemed deuet e vefem da veza ken yen hag ar mên. Mare kala-goañv a ro tro deom bep bloaz da startaad al liammou-ze a ra deom beza kalz muioc’h eged ar pez a zeblantom beza. Gwriet om gand liammou hag o-deus roet deom korv hag ene, hag e teu ar mare da drugarekaad evid kement on-eus resevet euz o ferz dezo oll.

    E gwirionez eo a-wechou da genta ar mare da bardoni evid ar gouliou deuet deom euz o ferz, ha da c’houlenn pardon evid ar re on-nefe greet dezo. Ober ar peoc’h gand on anaon a zo ar gwella doare da zigemer o c’harantez ha da ginnig dezo on hini. Perag e kendalhfem da zougen sammou du ha n’o-deus ket kén a lec’h da veza, peogwir ne reont nemed pennaska ahanom? On anaon ne reont nemed gortoz or pardon evid kinnig deom o c’harantez, peogwir int leuniet o-unan a garantez e ti Doue. Ar pez o-deus klasket ’doug o buez a gavont bremañ, ha n’o-deus nemed eur c’hoant : e rafem euz or bed eur bed a beoc’h, eur bed ’lec’h ma c’hellfe peb den lakaad da dalvezoud e berziou mad ’vid gwella mad an oll; ha nann eur bed a loened gouez ’vel m’on-eus gwelet n’eus ket pell.

    Mare an Oll-Zent ha Kala-Goañv a ro deom da zoñjal, med ive da gaoud fiziañs en amzer da zond rag gouzoud a reom mad on-eus tro-dro deom testou a lavar deom emaint ganeom evid ober hent ganeom. Int-i eo a gan deom ar c’hantik : «Breudeur, kerent ha mignoned, en an’ Doue, or selaouit !»

    La Toussaint

    Frères, parents et amis.

    Lorsque je regarde le cimetière me viennent chaque fois à l’esprit ces paroles : «Ils sont tous partis à la maison !» Car en fin de compte ils s’en sont tous allés vers leur dernière demeure, celle qu’ils ne connaisssaient pas et qui leur est offerte après les lignes de biais et les dernières lignes. Cette dmeure est celle des leurs, avec qui ils vivaient déjà en ce monde, bien qu’ils soient partis depuis longtemps peut-être. Mais le passé demeure longtemps en nous, et l’amour n’a pas de limites. Ce que nous ne voyons pas, mais qui reste vivant en nous, est aussi vrai que ce que nous voyons, à moins que nous soyons devenus aussi froids que la pierre. Le temps de la Toussaint nous donne l’occasion chaque année de renforcer ces liens qui nous font être bien davantage que ce que nous paraissons. Nous sommes tissés de liens qui nous ont donné un corps et une âme, et voici le moment de remercier pour tout ce que nous avons reçu de leur part à tous.

    En réalité c’est d’abord parfois le moment de pardonner pour les blessures qu’ils nous ont causées, et de demander pardon pour celles que nous leur avons faites. Faire la paix avec nos défunts est le meilleur moyen d’accueillir leur amour et de leur offrir le nôtre. Pourquoi continuerions-nous de porter de noirs fardeaux qui n’ont plus lieu d’être, et qui ne font que nous entraver ? Nos défunts ne font qu’attendre notre pardon pour nous offrir leur amour, car ils sont eux-mêmes remplis d’amour dans la maison de Dieu. Ce qu’ils ont cherché toute leur vie, ils le trouvent maintenant, et ils n’ont qu’un désir : que nous fassions de notre monde un monde de paix, un monde où chaque personne pourrait faire fructifier ses meilleurs qualités pour le bien de tous, et non un monde de bêtes sauvages comme nous l’avons vu récemment.

    Le temps de la Toussaint et des défunts nous donne à réfléchir, mais aussi à avoir confiance dans l’avenir, car nous savons bien que nous avons autour de nous des témoins qui nous disent qu’ils sont avec nous pour faire route avec nous. Ce sont eux qui nous chantent le cantique : «Frères, parents et amis, au nom de Dieu, écoutez-nous !»

     
    Tad Job an Irien

  • Minihi Levenez : 11 a viz du

    Ne vo ket eun abadenn evid deski kantikou nevez d'an 11 a viz du 2020.

    Il n'y aura pas de séance d'apprentissage de cantiques le 11 novembre 2020 au Minihi Levenez.

  • Nouvelle édition de Muzikou Kantikou Brezoneg

    Nouvelle édition de Muzikou Kantikou Brezoneg bannière Minihi

    Projet pour les éditions du Minihi Levenez :
    Une nouvelle édition, revue et corrigée.
    Augmentée  des refrains en breton des psaumes des trois années liturgiques (A, B et C) et de nouveaux cantiques.

    Une souscription sera proposée dans les semaines à venir
    Pour plus d'informations, contacter le Minihi-Levenez
    29800 Tréflévénez
    02 98 25 17 66

     

  • Ar Zalmou war ar rouedad

    Pedenn an deiz GF 1Ema bremañ meur a zalm war ar rouedad, war lehienn eskopti Kemper ha Leon. War ar bajenn digerri e ranker klika war "Feiz" > "Salmou".

    Ar 97 salm kinniget a zo tennet euz al leor “Pedenn an deiz”, embannet e 1988 gand Minihi Levenez. Eun droidigez evid al liderez eo.

    Emichañs e vo gelled kinnig an oll zalmou e brezoneg dizale.

  • 1

Archives - Teuliou

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17