Billet du Père Job an Irien : Eul louzou ? / Un remède ?

Eul louzou ? Jobtaol

«Kollet he-deus he fenn ! Ne oar ket kén e pelec’h ema. A-vec’h ma anavez ahanon pa ’z-an da weled anezi. En em c’houlenn a ran ha n’on-eus ket gortozet re araog klask eun ti-retred eviti. Med red e oa ober eun dra bennag, rag dañjeruz e teue da veza eviti chom hec’h unan-penn en he zi : koueza a rae aliez hag he-doa ezomm sikour noz-deiz koulz lavared... Penaoz rei kalon dezi da veva ? Marteze n’on-eus ket gwarezet anezi awalc’h. Hag ar C’hovid 19 a zo bet eur spont eviti...» Kollet da vad e zeblante ar vaouez-se beza hag e konte din he glahar hag he skuizder. N’he-doa morse soñjet e c’hoarvezfe kement-se gand he mamm, hag a oa bet atao ken laouen ha ken beo-birvidig.

Eveljust, n’am-boa respont ebed da rei dezi, ne c’hellen nemed selaou anezi. Konta a reas din an deveziou ’lec’h ma oa bet kraouiet he mamm, hec’h unan-penn en he c’hambr, ha ne c’helle ket kén mond da weled anezi... Pegen diêz ! E-serr konta din buez he mamm, e c’houlennis diganti m’he-doa soñj euz deveziou ’lec’h ma oa bet he mamm eüruz ablamour dezi, he merc’h, ha ma oant bet eüruz asamblez er mareou-ze. Chom a reas mud eur pennadig. Ne wele ket, rag n’he-doa morse soñjet en dra-ze. A-nebeudou e teuas soñj dezi euz daou pe dri vare dreist-oll ’lec’h m’he-doa gwelet levenez vraz o sklêrijenna daoulagad he mamm ablamour dezi, he merc’h. «Pa c’helli, digas soñj d’az mamm euz ar mareou-ze, ’n-eur gemer da amzer, ha marteze e tihuno he spered en-dro !»

Gouzoud a ran mad ne c’helle ket va c’homzou respont da c’hlahar ar vaouez-se, med gouzoud a ran ive o-deus ar re goz ezomm da veza anavezet evid ar pez a vad o-deus greet. Lavared dezo on anaoudegez vad, lavared dezo or c’harantez evito n’eo ket amzer gollet : ar c’hontrol eo, peogwir eo or gwella doare da rei dezo da intent e kontont evidom. Techet awalc’h int dija da weled kement tra e du, ha d’en em varn. Diskouez dezo e karom anezo a vezo atao ar gwella louzou evid o zacha ouz kostez ar vuez !


 Un remède ?

«Elle a perdu la tête ! Elle ne sait plus où elle est. A peine me reconnaît-elle quand je vais la voir. Je me demande si nous n’avons pas trop attendu avant de lui trouver une maison de retraite. Mais il fallait bien faire quelque chose, car cela devenait trop dangereux pour elle de rester toute seule dans sa maison : elle tombait souvent et elle avait besoin d’aide pratiquement jour et nuit... Comment l’encourager à vivre ? Peut-être ne l’avons nous pas assez protégée. Et le Covid 19 a été épouvantable pour elle...» Cette femme qui me racontait sa tristesse et sa fatigue semblait totalement perdue. Elle n’avait jamais imaginé que quelque chose de semblable arrive à sa mère, qui avait toujours été si joyeuse et si vivante.
Je n’avais bien sûr aucune réponse à lui donner, je ne pouvais que l’écouter. Elle me raconta les jours où sa mère avait été confinée, toute seule dans sa chambre, et qu’elle ne pouvait même plus aller la voir... Que c’était dur ! Comme elle me racontait la vie de sa mère, je lui demandai si elle se souvenait de jours où sa mère avait été heureuse à cause d’elle, sa fille, et si elles avaient été heureuses ensemble en ces moments là. Elle resta muette un moment. Elle ne voyait pas, car elle n’avait jamais réfléchi à cela. Peu à peu elle se souvint de deux ou trois moments surtout où elle avait vu une grande joie éclairer le regard de sa mère à cause d’elle, sa fille. «Quand tu pourras, rappelle à ta maman ces moments-là, en prenant ton temps, et son esprit se réveillera peut-être !»
Je sais bien que mes paroles ne pouvaient pas répondre à l’affliction de cette femme, mais je sais aussi que les personnes âgées ont besoin d’être reconnues pour ce qu’elles ont fait de bien. Leur dire notre reconnaissance, leur dire notre amour, ce n’est pas du temps perdu : au contraire, car c’est la meilleure façon de leur faire comprendre qu’elles comptent pour nous. Elles ont déjà trop tendance à tout voir en noir, et à se juger. Leur montrer que nous les aimons sera toujours le meilleur remède pour les tirer du côté de la vie !

Tad Job an Irien

Le blog "Feiz ha sevenadur"

  • Prière du Père Job an Irien : Meuleudi deoc'h 'vid an all zent / Louange à Toi pour tous les saints

  • Réflexions du Père Job an Irien : An Ollzent / La Toussaint

    An Ollzent   An Ollzent2020

    Breudeur, kerent ha mignoned.

    Pa zellan ouz ar vered e teu bep tro war va spered ar c’homzou-mañ : « Eet int oll d’ar gêr !» Rag erfin int oll eet beteg o lojeiz diweza, an hini ne ouient ket hag a zo kinniget dezo warlerc’h ar beskellou hag an talarou. An ti-ze a zo hini o zud, a vevent dija ganto er bed-mañ, goude dezo beza eet kuit abaoe pell marteze. Med amzer dec’h a jom pell hag hir ennom, hag ar garantez n’he-deus ket a harzou. Ar pez ne welom ket, med a jom beo ennom, a zo ken gwir hag ar pez a welom, nemed deuet e vefem da veza ken yen hag ar mên. Mare kala-goañv a ro tro deom bep bloaz da startaad al liammou-ze a ra deom beza kalz muioc’h eged ar pez a zeblantom beza. Gwriet om gand liammou hag o-deus roet deom korv hag ene, hag e teu ar mare da drugarekaad evid kement on-eus resevet euz o ferz dezo oll.

    E gwirionez eo a-wechou da genta ar mare da bardoni evid ar gouliou deuet deom euz o ferz, ha da c’houlenn pardon evid ar re on-nefe greet dezo. Ober ar peoc’h gand on anaon a zo ar gwella doare da zigemer o c’harantez ha da ginnig dezo on hini. Perag e kendalhfem da zougen sammou du ha n’o-deus ket kén a lec’h da veza, peogwir ne reont nemed pennaska ahanom? On anaon ne reont nemed gortoz or pardon evid kinnig deom o c’harantez, peogwir int leuniet o-unan a garantez e ti Doue. Ar pez o-deus klasket ’doug o buez a gavont bremañ, ha n’o-deus nemed eur c’hoant : e rafem euz or bed eur bed a beoc’h, eur bed ’lec’h ma c’hellfe peb den lakaad da dalvezoud e berziou mad ’vid gwella mad an oll; ha nann eur bed a loened gouez ’vel m’on-eus gwelet n’eus ket pell.

    Mare an Oll-Zent ha Kala-Goañv a ro deom da zoñjal, med ive da gaoud fiziañs en amzer da zond rag gouzoud a reom mad on-eus tro-dro deom testou a lavar deom emaint ganeom evid ober hent ganeom. Int-i eo a gan deom ar c’hantik : «Breudeur, kerent ha mignoned, en an’ Doue, or selaouit !»

    La Toussaint

    Frères, parents et amis.

    Lorsque je regarde le cimetière me viennent chaque fois à l’esprit ces paroles : «Ils sont tous partis à la maison !» Car en fin de compte ils s’en sont tous allés vers leur dernière demeure, celle qu’ils ne connaisssaient pas et qui leur est offerte après les lignes de biais et les dernières lignes. Cette dmeure est celle des leurs, avec qui ils vivaient déjà en ce monde, bien qu’ils soient partis depuis longtemps peut-être. Mais le passé demeure longtemps en nous, et l’amour n’a pas de limites. Ce que nous ne voyons pas, mais qui reste vivant en nous, est aussi vrai que ce que nous voyons, à moins que nous soyons devenus aussi froids que la pierre. Le temps de la Toussaint nous donne l’occasion chaque année de renforcer ces liens qui nous font être bien davantage que ce que nous paraissons. Nous sommes tissés de liens qui nous ont donné un corps et une âme, et voici le moment de remercier pour tout ce que nous avons reçu de leur part à tous.

    En réalité c’est d’abord parfois le moment de pardonner pour les blessures qu’ils nous ont causées, et de demander pardon pour celles que nous leur avons faites. Faire la paix avec nos défunts est le meilleur moyen d’accueillir leur amour et de leur offrir le nôtre. Pourquoi continuerions-nous de porter de noirs fardeaux qui n’ont plus lieu d’être, et qui ne font que nous entraver ? Nos défunts ne font qu’attendre notre pardon pour nous offrir leur amour, car ils sont eux-mêmes remplis d’amour dans la maison de Dieu. Ce qu’ils ont cherché toute leur vie, ils le trouvent maintenant, et ils n’ont qu’un désir : que nous fassions de notre monde un monde de paix, un monde où chaque personne pourrait faire fructifier ses meilleurs qualités pour le bien de tous, et non un monde de bêtes sauvages comme nous l’avons vu récemment.

    Le temps de la Toussaint et des défunts nous donne à réfléchir, mais aussi à avoir confiance dans l’avenir, car nous savons bien que nous avons autour de nous des témoins qui nous disent qu’ils sont avec nous pour faire route avec nous. Ce sont eux qui nous chantent le cantique : «Frères, parents et amis, au nom de Dieu, écoutez-nous !»

     
    Tad Job an Irien

  • Minihi Levenez : 11 a viz du

    Ne vo ket eun abadenn evid deski kantikou nevez d'an 11 a viz du 2020.

    Il n'y aura pas de séance d'apprentissage de cantiques le 11 novembre 2020 au Minihi Levenez.

  • Nouvelle édition de Muzikou Kantikou Brezoneg

    Nouvelle édition de Muzikou Kantikou Brezoneg bannière Minihi

    Projet pour les éditions du Minihi Levenez :
    Une nouvelle édition, revue et corrigée.
    Augmentée  des refrains en breton des psaumes des trois années liturgiques (A, B et C) et de nouveaux cantiques.

    Une souscription sera proposée dans les semaines à venir
    Pour plus d'informations, contacter le Minihi-Levenez
    29800 Tréflévénez
    02 98 25 17 66

     

  • Ar Zalmou war ar rouedad

    Pedenn an deiz GF 1Ema bremañ meur a zalm war ar rouedad, war lehienn eskopti Kemper ha Leon. War ar bajenn digerri e ranker klika war "Feiz" > "Salmou".

    Ar 97 salm kinniget a zo tennet euz al leor “Pedenn an deiz”, embannet e 1988 gand Minihi Levenez. Eun droidigez evid al liderez eo.

    Emichañs e vo gelled kinnig an oll zalmou e brezoneg dizale.

  • 1

Archives - Teuliou

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17