Billet du Père Job an Irien : On ti boutin / Notre maison commune

On ti boutin

Job2019

Tamm ha tamm emaom o tond er-mêz euz an emgann hir a-eneb ar C’hovid 19 ha, sabatuet eun tamm, en em c’houlennom c’hoaz petra a zo c’hoarvezet ganeom. Hag e teu war va spered komzou ar Pab Frañsez el lizer-meur embannet gantañ pemp bloaz ’zo, hag a zo ’vel eun diougan. Bresk eo on ti-boutin, emezañ, ha liammet eo pep tra. Sacha a ra on evez war «kalite an dour a c’hell ar re baour kaoud, hag a zo penn-kaoz da galz tud mervel bemdez, ablamour d’ar c’hleñvejou diwar goust an dour.» Ano a ra ive euz ar c’holl bep bloaz «a vilierou a ouennou plant pe loened ha ne c’hellim ken anaoud, ha ne c’hello ket or bugale gweled... Milierou a ouennou ne rentint kén gloar da Zoue en eur veza beo, ha ne c’hellint kén rei deom da c’houzoud o c’hemennadenn dezo o-unan.» Poueza a ra c’hoaz war astomma olleg an hin, hag e lavar «eo red ober cheñchamañchou en doare da veva, en doare da brodui ha da implij, evid enebi ouz an astomma-se, pe d’an nebeuta ouz ar pez, euz tu an den, a zo penn-kaoz anezañ, pe a ra dezañ kreski.»
Pe-seurt bed a fell deom ? Pe-seurt bed goude ar C’hovid 19 ? «Ne ’z-eus ket diou enkadenn disparti, unan endroel hag unan all sosial, med eun enkadenn hepkén, sosio-endroel kemmesket. An diskoulmou posubl a c’houlenn eur zell olleg evid enebi ouz ar baourentez, renta o dinentez d’ar re lakeet a-gostez hag er memez amzer diwall an natur... Liammet eo pep tra, ha gwarezi e gwirionez or buez hag on daremprejou gand an natur ne c’hell ket beza distag diouz ar genvreuriez, ar justis hag al lealded e-keñver ar re all !» Ha Frañsez da zisplega penaoz «an dizeblanted pe ar c’hrizder e keñver ar c’hrouadurien all euz ar bed-mañ a echu atao d’en em leda, e doare pa zoare, beteg on doare da veza gand an dud all. Unan eo ar galon, hag ar memez mizer a ra deom gwallgas eun aneval ne zale ket d’en em ziskouez en on darempred gand an dud all.»
«Morse n’on-eus gwallgaset kement on ti-boutin !» «Greom ma vo anavezet on amzer en istor ’vel hini an dihun d’eur stumm nevez da zougen bri d’ar vuez, d’eur mennad kreñv da dizoud ar padusted, d’eun hasta er stourm evid ar justis hag ar peoc’h ha da lid eüruz ar vuez !»

 

Notre maison commune
Petit à petit nous sortons de la longue lutte contre le Covid 19 et, un peu stupéfaits nous nous demandons encore ce qui nous est arrivé. Me viennent alors à l’esprit les paroles du Pape François dans l’encyclique qu’il a publiée voici cinq ans et qui sont comme une prophétie. «Notre maison commune est fragile, dit-il, et tout est lié». Il attire notre attention sur «la qualité de l’eau disponible pour les pauvres, ce qui provoque beaucoup de morts tous les jours, à cause des maladies liées à l’eau».  Il parle aussi de la perte chaque année «de milliers d’espèces végétales et animales que nous ne pourrons plus connaître, que nos enfants ne pourront pas voir... Des milliers d’espèces ne rendront plus gloire à Dieu par leur existence et ne pourront plus nous communiquer leur propre message». Il insiste encore sur le réchauffement global du climat, et dit «la nécessité de réaliser des changements de style de vie, de production et de consommation, pour combattre ce réchauffement ou, tout au moins, les causes humaines qui le provoquent ou l’accentuent».
Quel monde voulons-nous ? Quel monde après le Covid 19 ? «Il n’y a pas deux crises séparées, l’une environnementale, l’autre sociale, mais une seule et complexe crise socio-environnementale. Les possibilités de solution requièrent une approche intégrale pour combattre la pauvreté, pour rendre la dignité aux exclus et simultanément pour préserver la nature... Tout est lié, et la protection authentique de notre propre vie comme de nos relations avec la nature est inséparable de la fraternité, de la justice et de la fidélité aux autres». Et François d’expliquer comment «l’indifférence ou la cruauté envers les autres créatures de ce monde finissent toujours par s’étendre, d’une manière ou d’une autre, au traitement que nous réservons aux autres êtres humains. Le coeur est unique, et la même misère qui nous porte à maltraiter un animal ne tarde pas à se manifester dans la relation aux autres personnes».
«Nous n’avons jamais autant maltraité notre maison commune !» «Faisons en sorte que notre époque soit reconnue dans l’histoire comme celle de l’éveil d’une nouvelle forme d’hommage à la vie, d’une ferme résolution d’atteindre la durabilité, de l’accélération de la lutte pour la justice et la paix et de l’heureuse célébration de la vie.»
Tad Job an Irien

Le blog "Feiz ha sevenadur"

  • Prière du Père Job an Irien : Meuleudi deoc'h 'vid an all zent / Louange à Toi pour tous les saints

  • Réflexions du Père Job an Irien : An Ollzent / La Toussaint

    An Ollzent   An Ollzent2020

    Breudeur, kerent ha mignoned.

    Pa zellan ouz ar vered e teu bep tro war va spered ar c’homzou-mañ : « Eet int oll d’ar gêr !» Rag erfin int oll eet beteg o lojeiz diweza, an hini ne ouient ket hag a zo kinniget dezo warlerc’h ar beskellou hag an talarou. An ti-ze a zo hini o zud, a vevent dija ganto er bed-mañ, goude dezo beza eet kuit abaoe pell marteze. Med amzer dec’h a jom pell hag hir ennom, hag ar garantez n’he-deus ket a harzou. Ar pez ne welom ket, med a jom beo ennom, a zo ken gwir hag ar pez a welom, nemed deuet e vefem da veza ken yen hag ar mên. Mare kala-goañv a ro tro deom bep bloaz da startaad al liammou-ze a ra deom beza kalz muioc’h eged ar pez a zeblantom beza. Gwriet om gand liammou hag o-deus roet deom korv hag ene, hag e teu ar mare da drugarekaad evid kement on-eus resevet euz o ferz dezo oll.

    E gwirionez eo a-wechou da genta ar mare da bardoni evid ar gouliou deuet deom euz o ferz, ha da c’houlenn pardon evid ar re on-nefe greet dezo. Ober ar peoc’h gand on anaon a zo ar gwella doare da zigemer o c’harantez ha da ginnig dezo on hini. Perag e kendalhfem da zougen sammou du ha n’o-deus ket kén a lec’h da veza, peogwir ne reont nemed pennaska ahanom? On anaon ne reont nemed gortoz or pardon evid kinnig deom o c’harantez, peogwir int leuniet o-unan a garantez e ti Doue. Ar pez o-deus klasket ’doug o buez a gavont bremañ, ha n’o-deus nemed eur c’hoant : e rafem euz or bed eur bed a beoc’h, eur bed ’lec’h ma c’hellfe peb den lakaad da dalvezoud e berziou mad ’vid gwella mad an oll; ha nann eur bed a loened gouez ’vel m’on-eus gwelet n’eus ket pell.

    Mare an Oll-Zent ha Kala-Goañv a ro deom da zoñjal, med ive da gaoud fiziañs en amzer da zond rag gouzoud a reom mad on-eus tro-dro deom testou a lavar deom emaint ganeom evid ober hent ganeom. Int-i eo a gan deom ar c’hantik : «Breudeur, kerent ha mignoned, en an’ Doue, or selaouit !»

    La Toussaint

    Frères, parents et amis.

    Lorsque je regarde le cimetière me viennent chaque fois à l’esprit ces paroles : «Ils sont tous partis à la maison !» Car en fin de compte ils s’en sont tous allés vers leur dernière demeure, celle qu’ils ne connaisssaient pas et qui leur est offerte après les lignes de biais et les dernières lignes. Cette dmeure est celle des leurs, avec qui ils vivaient déjà en ce monde, bien qu’ils soient partis depuis longtemps peut-être. Mais le passé demeure longtemps en nous, et l’amour n’a pas de limites. Ce que nous ne voyons pas, mais qui reste vivant en nous, est aussi vrai que ce que nous voyons, à moins que nous soyons devenus aussi froids que la pierre. Le temps de la Toussaint nous donne l’occasion chaque année de renforcer ces liens qui nous font être bien davantage que ce que nous paraissons. Nous sommes tissés de liens qui nous ont donné un corps et une âme, et voici le moment de remercier pour tout ce que nous avons reçu de leur part à tous.

    En réalité c’est d’abord parfois le moment de pardonner pour les blessures qu’ils nous ont causées, et de demander pardon pour celles que nous leur avons faites. Faire la paix avec nos défunts est le meilleur moyen d’accueillir leur amour et de leur offrir le nôtre. Pourquoi continuerions-nous de porter de noirs fardeaux qui n’ont plus lieu d’être, et qui ne font que nous entraver ? Nos défunts ne font qu’attendre notre pardon pour nous offrir leur amour, car ils sont eux-mêmes remplis d’amour dans la maison de Dieu. Ce qu’ils ont cherché toute leur vie, ils le trouvent maintenant, et ils n’ont qu’un désir : que nous fassions de notre monde un monde de paix, un monde où chaque personne pourrait faire fructifier ses meilleurs qualités pour le bien de tous, et non un monde de bêtes sauvages comme nous l’avons vu récemment.

    Le temps de la Toussaint et des défunts nous donne à réfléchir, mais aussi à avoir confiance dans l’avenir, car nous savons bien que nous avons autour de nous des témoins qui nous disent qu’ils sont avec nous pour faire route avec nous. Ce sont eux qui nous chantent le cantique : «Frères, parents et amis, au nom de Dieu, écoutez-nous !»

     
    Tad Job an Irien

  • Minihi Levenez : 11 a viz du

    Ne vo ket eun abadenn evid deski kantikou nevez d'an 11 a viz du 2020.

    Il n'y aura pas de séance d'apprentissage de cantiques le 11 novembre 2020 au Minihi Levenez.

  • Nouvelle édition de Muzikou Kantikou Brezoneg

    Nouvelle édition de Muzikou Kantikou Brezoneg bannière Minihi

    Projet pour les éditions du Minihi Levenez :
    Une nouvelle édition, revue et corrigée.
    Augmentée  des refrains en breton des psaumes des trois années liturgiques (A, B et C) et de nouveaux cantiques.

    Une souscription sera proposée dans les semaines à venir
    Pour plus d'informations, contacter le Minihi-Levenez
    29800 Tréflévénez
    02 98 25 17 66

     

  • Ar Zalmou war ar rouedad

    Pedenn an deiz GF 1Ema bremañ meur a zalm war ar rouedad, war lehienn eskopti Kemper ha Leon. War ar bajenn digerri e ranker klika war "Feiz" > "Salmou".

    Ar 97 salm kinniget a zo tennet euz al leor “Pedenn an deiz”, embannet e 1988 gand Minihi Levenez. Eun droidigez evid al liderez eo.

    Emichañs e vo gelled kinnig an oll zalmou e brezoneg dizale.

  • 1

Archives - Teuliou

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17