Sainte-Anne la Palud : l'histoire

La tradition rattache la fondation du pèlerinage de Sainte Anne la Palud à la destruction de la ville d’Ys. Pour détourner la malédiction divine du pays de Cornouaille le roi Gradlon donna en esprit de pénitence beaucoup de bien en aumône :
« La Palud à Ste Anne, Rumengol à la Vierge Marie et Landevennec pour y prier. Le Roi chargea Saint Guénolé son ami de bâtir la maison de Sainte Anne et celle de Notre Dame. »
Le nom de la Palud vient des terrains marécageux sur lesquels a été érigée la première chapelle qui a été recouverte par les eaux.
Le premier pèlerinage se situerait ainsi vers l’an 500 après les premières entrevues entre le Roi Gradlon et Saint Guénolé qui ont lieu entre 485 et 490. (A.de La Borderie, Hist de Bret. T.1 P326) Ce pèlerinage date donc maintenant de plus de 16 siècles.img173
A la fin du VIIème siècle le pèlerinage était déjà connu. Un inventaire datant de 1602 nous apprend qu’il était très florissant au XIIIème siècle. Au XVII et XVIIIème siècle de 1640 à 1760 le pèlerinage déclina si bien qu’en 1760 il n’existait quasiment plus. C’est à ce moment la que le recteur Charles Pezron organisa des concours de Lutte avec prix pour attirer les étrangers à la région.
A partir de ce moment la, le pèlerinage repris de l’importance et ce, jusqu’à la révolution. Les comptes de Ste Anne qui vont de 1712 à 1787 montrent ce déclin et ce relèvement.
La première chapelle construite par Saint Guénolé est désignée sous le nom de «  Santez Anna gollet » (Ste Anne la disparue).
 On pense qu’elle est située au sud-est des dunes actuelles sur un terrain aujourd’hui ensablé que la mer recouvre aux hautes marées.
On ne peut pas donner de date quant à la disparition de cette Chapelle provoquée semble-t-il par à une invasion de sable et la montée des flots, quelques années après la mort du petit Saint Corentin.

La deuxième chapelle fut construite sous la colline qui domine la baie de Douarnenez, à l’abri des vents d’ouest et des marées. Cette chapelle de l’époque romane était, aux écrits, de très médiocre hauteur, de style moderne et de bon gout.
C’est donc cette deuxième chapelle qui reçu la statue de granit datant de 1548, sous le temps de Messire Le Baut recteur de 1540 à 1567.
Elle subit plusieurs modifications et restaurations avant  de devenir l’édifice qui fut remplacé par la 3ème chapelle.

La troisième chapelle fut construite vers 1630 et on y employa les matériaux de l’ancien édifice.
Elle aussi voit d’importantes restaurations et embellissements, entre 1720 et 1755.
Au XIXème siècle la chapelle devenu trop petite avec « ses dimensions médiocres », ne convenait plus au grand Pèlerinage qui avait lieu chaque année. La construction de la quatrième chapelle fut décidée en 1858
Les travaux préliminaires commencent en 1858 mais, par manque de ressources la construction traîna et la première pierre ne fut posée que le 20 octobre 1863
Le nouvel édifice fut béni le 5 Aout 1866 par Le Chanoine Alexandre délégué de L’Evêque.
Peu de modifications ont étés faites depuis, hormis le percement du flanc gauche pour créer l’oratoire qui abrite la statue vénérée

En savoir plus

Sainte-Anne la Palud : l'histoire

La tradition rattache la fondation du pèlerinage de Sainte Anne la Palud à la destruction de la ville d’Ys. Pour…

Sainte-Anne la Palud : le patrimoine

La statue date de 1458, elle est en polychrome et en pierre de Kersanton. Son poids est de 235 kg.…

Sainte-Anne la Palud : le pardon

 Le Grand Pardon qui, depuis l'antiquité, rassemble des milliers de pèlerins, le dernier week-end d'août de chaque année, est certainement…

Le blog de Sainte-Anne-la-Palud