2ème dimanche du temps ordinaire - 14 janvier 2018

Curieusement, en cette année liturgique, aucun dimanche ne fête le baptême du Christ. C’est un cas d’exception. La règle veut que si l’Épiphanie tombe le 7 ou le 8 janvier, le baptême du Seigneur est célébré le lundi suivant. Cependant l’Évangile de ce dimanche nous plonge dans le contexte du baptême de Jésus par Jean Baptiste. En effet celui-ci révèle à deux de ses disciples que Jésus, qu’il vient peut-être de baptiser, est l’Agneau de Dieu. Le texte de l’Évangile de saint Jean dans le lectionnaire d’aujourd’hui ne nous présente que l’appel de trois disciples de Jésus mais il ne nous est pas interdit pas d’évoquer dans la suite du texte celui des deux autres. En effet l’appel de ces cinq premiers forme un tout qui éclaire les riches dimensions de toute vocation chrétienne. 

Jean Baptiste baptisait à Béthanie, au-delà du Jourdain.
Il se trouvait avec deux de ses disciples.
Posant son regard sur Jésus qui allait et venait, il dit : « Voici l’Agneau de Dieu. »
Les deux disciples entendirent ce qu’il disait, et ils suivirent Jésus.
Se retournant, Jésus vit qu’ils le suivaient, et leur dit : « Que cherchez-vous ? »
Ils lui répondirent : « Rabbi – ce qui veut dire : Maître –, où demeures-tu ? »
Il leur dit : « Venez, et vous verrez. »
Ils allèrent donc, ils virent où il demeurait, et ils restèrent auprès de lui ce jour-là.
C’était vers la dixième heure (environ quatre heures de l’après-midi).
André, le frère de Simon-Pierre, était l’un des deux disciples
qui avaient entendu la parole de Jean et qui avaient suivi Jésus.
Il trouve d’abord Simon, son propre frère, et lui dit :
« Nous avons trouvé le Messie » – ce qui veut dire : Christ.
André amena son frère à Jésus. Jésus posa son regard sur lui et dit :
Tu es Simon, fils de Jean ; tu t’appelleras Képhas » – ce qui veut dire : Pierre.
Le lendemain, Jésus décida de partir pour la Galilée.
Il trouve Philippe, et lui dit : « Suis-moi. »
Philippe était de Bethsaïde, le village d’André et de Pierre.
Philippe trouve Nathanaël et lui dit :
« Celui dont il est écrit dans la loi de Moïse et chez les Prophètes, nous l’avons trouvé :
c’est Jésus fils de Joseph, de Nazareth. »
Nathanaël répliqua : « De Nazareth peut-il sortir quelque chose de bon ? »
Philippe répond : « Viens, et vois. »
Lorsque Jésus voit Nathanaël venir à lui, il déclare à son sujet :
« Voici vraiment un Israélite : il n’y a pas de ruse en lui. »
Nathanaël lui demande : « D’où me connais-tu ? »
Jésus lui répond : « Avant que Philippe t’appelle,
quand tu étais sous le figuier, je t’ai vu. »
Nathanaël lui dit : « Rabbi, c’est toi le Fils de Dieu ! C’est toi le roi d’Israël ! » […]

Qui sont ces cinq premiers disciples ? André et Pierre sont deux frères pêcheurs galiléens, bien connus dans les Évangiles. Un troisième est anonyme et le restera tout au long de l’Évangile de Jean et nous ne savons pas grand chose à son sujet. Souvent on a pensé qu’il était l’évangéliste lui-même. Tous trois semblent être en recherche : en effet, ils ont quitté leur lieu de travail pour se rendre au-delà du Jourdain et sont venus rencontrer Jean le Baptiste dont deux d’entre eux sont les disciples et qui se manifeste comme un passeur. Il appelle le peuple d’Israël à un baptême de conversion pour qu’il se tienne prêt à reconnaître le Messie. Des disciples le suivent et l’entourent, mais il ne les retient pas jalousement près de lui. Il leur transmet un appel à suivre cet homme Jésus qu’il reconnaît comme étant « l’Agneau de Dieu ». Les deux disciples suivent Jésus, peut-être parce que le Baptiste lui a donné ce titre d’Agneau de Dieu, qui évoque l’agneau de la fête pascale, et le peuple d’Israël en exil dont parle Isaïe : « Maltraité, il s’humilie, il n’ouvre pas la bouche : comme un agneau conduit à l’abattoir, comme une brebis muette devant les tondeurs, il n’ouvre pas la bouche » (Is ch 53,7). Jésus sera aussi cet agneau pascal sacrifié sur la Croix. Le nombre de titres que lui attribue l’évangéliste constitue déjà le socle d’un traité de christologie : Agneau de Dieu, maître, Messie, Christ, fils de Joseph, Fils de Dieu, Roi d’Israël. Ainsi, suivre le Christ, c’est suivre une personne dont la mission et le chemin sont déjà bien enracinés dans l’histoire de l’Alliance et orientés vers le salut.

Jésus pose à André et à son compagnon qui le suivent une question neutre : « Que cherchez-vous ? » Une question fondamentale qui peut être posée de manière générale. Elle caractérise un chemin de vie, une attente, une quête, chez quelqu’un qui est en recherche de sens, en recherche de lumière. Il ne reste pas enfermé en lui-même, en son pré carré, mais se fait migrant, toujours prêt à quitter ses certitudes tranquilles. En lui peut naître la foi, et aussi le désir d’être disciple du Christ. La réponse des deux compagnons rompt la neutralité de la question : « Maître, où demeures-tu ? » demandent-ils à Jésus. Un changement décisif dans le dialogue entre eux et Jésus. Il leur dit « Que cherchez-vous ? » et ils lui répondent « Maître –, où demeures-tu ? ». Ce ne sont ni un projet, ni un idéal qu’ils cherchent mais la connaissance de cet inconnu qui les attire et dont ils auront le désir d’être les disciples. Ce qui équivaut à lui demander : « Qui es-tu ? », puisqu’en langage hébraïque être et habiter c’est la même chose. Ce qui manifeste leur désir de le connaître plus que de voir le lieu où il habite. D’ailleurs le récit ne nous éclaire en rien à ce sujet. En revanche, il rapporte ce qui s’est déclenché en eux à la suite de leur rencontre avec Jésus.

Le lieu où habite celui-ci n’est pas un lieu-dit sur une carte. Dans le récit, il a été mentionné que Jean le Baptiste se tenait dans le désert, au bord du Jourdain, puis qu’il avait posé son regard sur Jésus. De Jésus il nous est dit qu’il allait et venait. Plus loin, l’évangéliste indique qu’il est venu lui aussi au bord du Jourdain, et qu’il baptise comme Jean (Jn 4,1). Mais il ne s’y établit pas comme lui. Il quitte le Jourdain pour gagner la Galilée, où il appelle directement Philippe, lequel dira à Nathanaël qu’il a trouvé le Messie. Jésus choisit de vivre sa mission au « pays de l’ombre et de la mort », dans « le carrefour des nations » dont parlait Isaïe. Il choisira aussi de vivre en perpétuel déplacement, en perpétuelles marches et rencontres qui seront ses demeures à lui. Il se présentera comme migrant et sans refuge, deux termes évocateurs en ce dimanche des migrants et des réfugiés. Tels doivent être aussi ses disciples, qu’il invitera à quitter leurs lieux familiers. Eux aussi seront des messagers envoyés aux carrefours du monde, là où règnent les détresses et les pauvretés. Il y avait une continuité entre Jean le Baptiste et Jésus, mais une discontinuité apparaît entre eux. La mission de Jésus et de ses disciples ne sera pas de se tenir au désert, au bord d’un fleuve pour baptiser les foules qui viennent à lui. Son baptême à lui – comme le leur plus tard – consistera à aller vers les foules, à plonger au cœur de l’humanité pour guérir, pardonner, libérer, enseigner, donner sa vie.

La rencontre avec Jésus exerce déjà chez André une transformation. Il va trouver son frère Simon pour lui annoncer qu’il a reconnu Jésus comme le Messie, et l’invite à le rencontrer. Le voilà devenu passeur à son tour et comme l’initiateur d’une transmission d’appels en chaîne. Quand Pierre rencontre Jésus, amené par André, Jean ne nous rapporte que la parole de Jésus : « Tu es Simon, fils de Jean, tu t’appelleras Képhas, ce qui veut dire Pierre ». Quand Jésus appelle Simon, il lui donne un nom nouveau qui exprime une vocation spécifique, une mission importante. Pour lui, suivre le Christ consistera à bâtir sa communauté, à servir son unité, à affermir ses frères, à consolider leur foi. Nous pouvons retenir pour conclure les trois aspects essentiels de toute vocation chrétienne : suivre le Christ, demeurer avec lui et servir son Église. Retenons aussi de ce récit que quiconque est appelé par lui doit à son tour trouver d’autres disciples et les appeler à venir à lui. D’appelés, André et Philippe deviendront appelants.

Les deux autres textes de ce dimanche évoquent aussi des vocations. Dans le premier livre de Samuel nous est rapporté le récit de son appel. En pleine nuit, par trois fois, une voix l’appelle par son nom. Encore enfant, il pense que c’est le prêtre Éli qui l’appelle, puisqu’il est à son service dans le Temple. Éli le détrompe, et lui suggère de répondre à la voix : « Parle, ton serviteur écoute. » C’est ce qui va se passer lors du quatrième appel de Dieu. Samuel, cet enfant du miracle, offert par Anne sa mère pour servir dans le Temple du Seigneur, où se trouvait l’arche de Dieu, exercera une fonction prophétique importante dans l’histoire d’Israël. Retenons de lui sa disponibilité exemplaire pour se mettre à l’écoute de la Parole de Dieu dont l’importance est majeure dans toute vocation chrétienne quelle qu’en soit la forme, laïque, religieuse, ou pastorale.

Retenons aussi le passage central du psaume 39, repris et commenté dans l’épître aux Hébreux (10, 5-10).

« Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice, tu as ouvert mes oreilles ;
tu ne demandais ni holocauste ni victime, alors j’ai dit : 'Voici, je viens'.
Dans le livre est écrit pour moi ce que tu veux que je fasse.
Mon Dieu, voilà ce que j’aime : ta loi me tient aux entrailles »

La démarche spontanée de l’homme religieux est de tenter d’obtenir la faveur de la divinité, voire même de se prémunir contre ses possibles châtiments. Il offre alors à son dieu des « sacrifices » de toutes sortes. La Bible nous présente le long chemin que Dieu fait faire à son peuple à ce sujet. Par sa Parole et l’enseignement des prophètes, il lui fait découvrir que dans sa tendresse, c’est lui, Dieu, qui cherche l’homme en son être profond et ne se préoccupe guère des sacrifices qu’il pourrait lui offrir. Il n’attend de lui que la disponibilité à recevoir son amour et à aimer ses frères comme lui. Jésus dira, en citant Osée (6, 6) : « Allez donc apprendre ce que signifie : 'C’est la miséricorde que je veux et non les sacrifices'. »

Cette semaine s’ouvre la semaine de prière pour l’unité des chrétiens. Prions pour toutes les Églises chrétiennes s’unissent de plus en plus afin d’être fidèles à leur vocation commune, et aussi pour toutes les personnes et associations qui choisissent de servir leurs frères et sœurs en détresse.

Informations supplémentaires

  • Evangile: selon saint Jean - Jn 1, 35-42
FaLang translation system by Faboba