Publié dans Etapes de la vie

Les funérailles et le deuil

funeraillesLa mort est le terme naturel de la vie terrestre même si elle peut paraître injuste. Pour les proches, c’est une rupture douloureuse, parfois tragique. Face à la mort, il est difficile de s’exprimer. Devant le désespoir, on se sent toujours petit. Nous n’avons pas nous même l’expérience de la mort, la seule expérience que nous avons de la mort, c’est celle qui consiste à faire un bout de chemin avec celui qui va mourir.

Le Christ s’est peu exprimé sur la vie après la mort physique. Il a simplement affirmé que la vie qu’il donnait, lui, c’est-à-dire la vie éternelle, n’était pas altérée par la mort. Les chrétiens croient qu’après la mort, ils sont vivants avec Dieu pour toujours. Notre corps n’existe plus, mais grâce à Jésus Christ, mort et ressuscité, nous passons nous aussi de la mort à la vie avec Dieu. Il est le chemin qui mène au Père.

Le deuil accompagne la mort, chacun de nous le rencontre sur son chemin, un jour ou l’autre. Il touche notre être tout entier à cause du lien personnel avec la personne décédée. Ce lien a été rompu, on éprouve le vide et l’absence et il va falloir apprendre à vivre autrement. Chaque personne fait son chemin de deuil à sa manière.

Dans un premier temps, faire le deuil, c’est se confronter avec le choc, prendre conscience de la réalité du « plus jamais ». Il faut vivre l’abandon, la perte. Faire le deuil, ce n’est pas oublier la personne disparue, mais accepter un processus naturel qui se met en marche, c’est aussi se donner des balises. Le travail de deuil se fait lentement, il est de notre responsabilité, car personne ne pourra le faire à notre place.

Aider quelqu’un à faire son deuil, ce n’est ni minimiser, ni vouloir atténuer ses souffrances, mais c’est l’aider à les exprimer et petit à petit à les accepter. Le travail de deuil comporte une dimension spirituelle. La personne endeuillée dit à Dieu l’épreuve qu’elle traverse, exprime ses questions, ses incompréhensions, sa colère et lui demande la force de l’Esprit pour continuer la route et retrouver la paix.

La liturgie chrétienne célèbre les funérailles de celui qui a été plongé dans la mort et la Résurrection du Christ au jour de son baptême, cela s’exprime par des rites. L’aspersion du corps par l’eau bénite rappelle que le baptisé est enfant de Dieu, aimé de Dieu depuis toujours. Le cierge pascal symbolise le Christ ressuscité et signifie l’entrée dans la lumière de Dieu. Aujourd’hui, des laïcs reçoivent la mission de préparer et d’animer la célébration des obsèques. Ils peuvent également, suivant les souhaits de la famille, accompagner au cimetière.

Source : Conférence des Évêques de France


En quoi consiste la préparation de la célébration des obsèques ? 
MORTLa préparation de la célébration peut constituer un temps fort pour la famille, car la rencontre avec la paroisse a souvent un impact émotionnel. Lorsque l'on fait l'expérience du deuil, on éprouve un besoin d'écoute, de solidarité et d'amitié.

On aborde les points suivants :
- la personnalité du défunt et les circonstances de son décès
- le sens que l'on veut donner à la célébration en tenant compte de l'assemblée
- le choix des textes 
- les intentions de prière pour la prière universelle 
- le choix ou non de leucharistie 
- les chants et la musique 
- la participation des proches 
- éventuellement un témoignage sur le défunt.

On peut personnaliser la célébration, par un poème ou un texte qui était cher au défunt, ou en écoutant un 
morceau de musique qu'il aimait.

En cas de décès, quelles sont les démarches à suivre? 
La famille s’adresse aux Pompes Funèbres qui contacte la Paroisse pour décider du jour et de l’heure des obsèques. La famille rencontre ensuite, à la paroisse, le prêtre ou le laïc qui l’accueille et prépare avec elle la célébration.

Quel est le sens des différents rites lors des obsèques ?
Le cierge pascal allumé symbolise la présence dans le monde de Jésus Christ Ressuscité.

Le rite de la lumière : Le geste de prendre la flamme du cierge pascal pour allumer les cierges qui entourent le cercueil signifie que la lumière du Christ ressuscité est la source de notre espérance.

Le rite de la croix rappelle que Jésus nous a aimés jusqu’au bout, jusque dans sa mort sur la croix.

L’encensement est un signe de respect pour le défunt et symbolise notre prière qui monte vers Dieu.

L’aspersion avec l’eau bénite rappelle l’eau du baptême.

 

Gestes et signes d’amitié "Les fleurs" sont signes de sympathie, d’amitié, de solidarité. Elles sont aussi signe d’une vie sans cesse renouvelée qui continue par delà la mort. D’où l’importance de fleurs « fraîches ». "Des objets familiers" peuvent être significatifs de ce qui avait valeur aux yeux du défunt "Le geste du dernier adieu" est un signe d’affection ou d’amitié que l’on peut faire par exemple en posant la main sur le cercueil.


Source : www.liturgiecatholique.fr



Télécharger le livret des funérailles

 

L'homme est une créature finie. Il fait l'expérience du temps qui le traverse de sa naissance à sa mort. Dieu, lui, est éternel, sans commencement ni fin. Comment parler de l'éternité à nos enfants ? Comment apprendre un rapport juste au temps ? Comment peut on goûter l'éternité dans nos vie ? Éclairages avec nos invités, le père Henry de Villefranche, bibliste et Geneviève de Taisne, psychanalyste et enseignante à l'ISPC.
FaLang translation system by Faboba